Battus par le Maroc lors de la deuxième journée dans le groupe D, les Eléphants de la Côte d’Ivoire jouent, ce lundi 1er juillet, la Namibie au Caire. Dans un groupe dominé par le Maroc, 6 points, la Côte d’Ivoire, 3 points, devra impérativement s’imposer face à la Namibie afin de se qualifier pour les huitièmes de finale du tournoi.

Une victoire de l’équipe ivoirienne, ce lundi 1er juillet, est synonyme de qualification en huitièmes de finale de la Can 2019 pour les Eléphants qui vont en découdre avec les Braves Warriors de la Namibie à la faveur de la troisième journée dans le groupe D. Avec plein de confiance, des attaquants redoutables, des joueurs habitués au haut niveau, la Côte d’Ivoire de Nicolas Pépé reste un grandissime favori dans ce groupe D en dépit de sa défaite face aux Lions de l’Alas du Maroc. Ils devront confirmer ce statut ce jour face à la modeste équipe de la Namibie.  Deux fois victorieuse de la  Coupe d’Afrique des Nations, la Côte d’Ivoire, 62e  nation mondiale de football n’a pas encore dit son dernier mot dans ce tournoi où elle est considérée comme un challenger sérieux à la victoire finale. Une deuxième victoire au Caire pourrait donner plein espoir aux Eléphants sortis de la précédente édition au premier tour. La tâche sera bien plus compliquée pour la Namibie, qui a déjà perdu ses deux premiers matchs dans le tournoi. A la Can, après 11 années d’absence, les Braves Warriors de la Namibie n’ont pas été ridicules mais manquent toujours d’expérience de haut niveau.
Avec leur star Benson Shilongo, ils auront la lourde responsabilité de finir la compétition sur une bonne note. Les Brave Warriors restent une écurie à craindre lorsqu’on sait qu’ils ont profité de la faillite de la Zambie et de l’inconstance du Mozambique pour arracher leur billet pour l’Egypte. Le 3-5-2 de Ricardo Mannetti, qui paraissait solide face à ces formations, va maintenant passer un nouveau test. Celui de livrer son troisième match de haut niveau face à la Côte d’Ivoire. Faut-il le rappeler, des 24  sélectionneurs présents en Egypte, seul Ricardo
Mannetti est l’entraîneur qui est resté le plus longtemps en poste. Il totalise six ans d’ancienneté si on ne prend pas en compte un conflit de quelques mois avec sa fédération. A la tête des Braves Warriors depuis 2011, le coach de 44 ans bénéficie d’une stabilité rare pour un pays africain. Son parcours apparait comme une reconversion réussie pour celui qui a participé à la Can 1998 après avoir été le plus jeune joueur de l’histoire de l’équipe nationale de Namibie. Avec une très faible chance de qualification, la Namibie, quasiment éliminée, jouera non seulement pour l’honneur mais aussi pour l’une des quatre troisièmes places de groupe au premier tour. Éliminée au premier tour en 1998 et en 2008, la Namibie doit s’armer de détermination  pour contrer la forte machine ivoirienne. Pas une mince affaire.

Sports en bref

Mauritanie et Angola se séparent dos à dos

La Mauritanie et l'Angola n'ont pas réussi à se départager, samedi 29 juin dernier, lors de la deuxième journée des matchs dans le groupe E. En effet, à l’issue  d'une rencontre insipide à Suez, la Mauritanie et l'Angola se sont accrochés sur le premier 0-0 depuis le début de cette Can 2019. Un nul qui n'arrange aucune des deux équipes en vue des 8e de finale. Ce résultat n'arrange aucune des deux équipes, puisqu'avec le partage des points, elles seront contraintes de s'employer sur la dernière journée pour assurer leur présence lors des huitièmes de finale de la compétition.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1259 fois