L’examen du Baccalauréat, session de juin 2017 a effectivement démarré, ce lundi au Ceg 1 Lokossa, dès le retentissement de la sirène à 8 h. La même ambiance est notée au niveau des 15 autres centres de composition du Mono et du Couffo. Pour le compte des deux départements, 10 882 candidats sont enregistrés. Les statistiques de cette année présentent quelques particularités.

Il s’agit de la constante régression de l’effectif des candidats. Fulgence Afouda, responsable de l’organisation de l’examen du Baccalauréat pour les deux départements, confirme ce constat. « Nous avions reçu 11 407 candidats en 2016. Ce qui dénote d’une légère régression par rapport à l’effectif de cette année », a-t-il dit. La régression est davantage marquée si l’on compare l’effectif de cette année à celui de 2015 qui s’élève à 12 786 candidats.

En revanche la série C présente plus de candidats contrairement aux années précédentes. 347 candidats, soit environ 3,2% de l’effectif, composent cette année en série C. L’universitaire Fulgence Afouda s’en félicite et commente : « On ne peut prétendre aller au développement si l’on ne promeut pas la branche scientifique ».

L’épreuve de français, la première composition en cours jusqu’à 12h, a été simultanément lancée dans le Mono et le Couffo, respectivement par les préfets Komlan Zinsou et Christophe Mégbédji.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 137 fois