En marge de la Table ronde sur l’élimination de la transmission mère à l’enfant du Vih et de la prise en charge pédiatrique au Bénin, organisée par la Fondation Claudine Talon en collaboration avec Clinton Health Access Initiative, les 5 et 6 juin derniers, le gouvernement a fait le point de ses efforts dans le cadre de la lutte, ainsi que les défis qu’il entend relever.

Le Bénin s’active pour éliminer la transmission mère-enfant du Vih. En marge de la Table ronde consacrée à la question, les 5 et 6 juin derniers par la Fondation Claudine Talon, le ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané, a présenté les engagements du gouvernement dans le cadre de la lutte. 

Au nombre de ces engagements, il souligne la relance et la restructuration du Conseil national de lutte contre le Sida, le paludisme, la tuberculose et autres maladies transmissibles ; la mise en place d’un programme de santé de lutte contre le Sida. A cela s’ajoutent la mise en place d’un plan national d’élimination de la transmission du Vih de la mère à l’enfant 2016-2020 et la prise de mesures en faveur de la protection des personnes vivant avec le Vih, ainsi que la gratuité des soins et traitements liés à l’infection au Vih pour un plus grand accès. Ces mesures favorisent déjà des avancées.
Et pour cause ! Le taux de dépistage des femmes enceintes est passé de 90 % en 2015 à 96 % en 2017 ; la proportion des femmes enceintes infectées sous traitement antirétroviral a évolué de 72 % en 2015 à 91 % en 2017. De 92 % en 2015, le taux de femmes séropositives accouchant sous protocole Etme (Elimination de la transmission de la mère-enfant) est passé à 98% en 2017. Le taux de la transmission de l’infection virus de la mère et l’enfant a décliné de 7% en 2015 à 6% en 2017. En ce qui concerne la couverture en site de prise en charge pédiatrique, elle est passée de 91% en 2015 à 114% en 2017, se réjouit le ministre.
Mais ces résultats ne suffisent pas pour éradiquer le fléau. Outre les progrès réalisés dans les arrangements institutionnels encadrant la lutte contre le Vih/Sida et sa transmission de la mère à l’enfant, des défis persistent.
Selon la note conceptuelle de la Table ronde, seulement 58% de femmes accouchent sous protocole prévention transmission mère-enfant (Ptme). Ce pourcentage justifie en partie le taux de transmission du Vih de la mère à l’enfant qui s’élève à 6,7 % au niveau national alors que l’objectif du pays est d’avoir un seuil inférieur à 5 %. Ce taux demeure préoccupant dans les départements du Couffo (16,01 %), de l’Atlantique (7,71 %).
La maîtrise du mal impose aux acteurs d’éliminer par tous les moyens, toutes nouvelles infections et la transmission du virus de la mère à son enfant. Pour y arriver, le gouvernement doit intensifier ses actions au profit de ces cibles.
« Nous visons l’accélération des actions de riposte contre le Sida afin de mettre fin à l’épidémie Vih à l’horizon 2030, conformément à la Déclaration politique des Nations Unies de 2016, aux objectifs de développement durable (Odd) et à la stratégie mondiale d’accélération de la riposte ‘’Fast track’’ de l’Onusida », indique le ministre d’Etat. Toutes choses qui témoignent de la vision du Bénin à relever le défi de l’Etme et de la prise en charge pédiatrique du Vih.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 814 fois