La lutte contre les structures illégales de microfinance, le développement de la finance numérique, la finance inclusive, le financement de l’agriculture, la baisse des coûts des services financiers et la rapidité à observer dans l’offre des services financiers constituent le plat de résistance des échanges que projettent d’avoir les acteurs de la microfinance du Bénin. Ceci, à l’occasion de deux événements majeurs célébrés à partir de ce mercredi 14 juin à Cotonou. Il s’agit de la onzième Conférence annuelle de la microfinance du Bénin et du 40è anniversaire de la Fédération des caisses d’épargne et de crédit agricole mutuel (Fécécam-Bénin). Ces acteurs réfléchiront aussi sur le remplacement du système d’information et de gestion pour répondre aux exigences sécuritaires, de même que sur sa réglementation et sa fiabilité.

A l’occasion, les échanges, outre l’histoire de la Fécécam-Bénin, porteront sur des thèmes comme « Contribution des Sfd au développement du Bénin, cas de la Fécécam », « les produits innovants de la microfinance », « les articulations de la microfinance et la micro-assurance ». De nombreux experts et personnes ressources y ont été invités. Et les réflexions qui en jailliront pourraient bien influencer le secteur, car la Fécécam mobilise à elle seule, selon son directeur général, plus de 60% du portefeuille en matière de microfinance au Bénin. Par an, elle injecte plus de 50 milliards de crédits dans les activités génératrices de revenus dont une bonne partie au profit des femmes et des jeunes.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 130 fois