Les candidats à l’examen du baccalauréat session de juin 2019 sont depuis hier, mercredi 10 juillet, fixés sur leur sort. Il ressort des délibérations faites par le directeur de l'Office du baccalauréat Alphonse da Silva que le taux d’admissibilité cette année est de 50,10 % sur le plan national.

Les résultats du Baccalauréat session de juin 2019 sont rendus publics hier mercredi, au terme de cinq jours de travaux de correction dans différents centres répartis sur toute l’étendue du territoire national. Le taux d’admissibilité au plan national est de 50,10 % contrairement à l’année dernière où il est de 33,43%. Un progrès qu’on pourrait lier à plusieurs paramètres notamment une année scolaire sans grève, appréciée aussi bien par les élèves que leurs parents. Ce qui, au dire du ministre des Enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, Kakpo
Mahougnon, n’a pas été sans efforts avérés de la plupart des acteurs intervenant dans le processus de l’examen. « Il y a d’abord la volonté marquée et affirmée du gouvernement de relancer le secteur de l’éducation et d’obtenir davantage de performance dans ce secteur très capital et vital pour le décollage économique de notre pays. Il y a ensuite la volonté des enseignants qui ont travaillé d’arrache-pied pour que les programmes d’études soient exécutés et également pour que l’encadrement des formateurs puisse se faire avec un regard assez pertinent », a-t-il indiqué, avant de rappeler qu’il y a eu, dans le cadre des préparatifs des examens, deux examens blancs dont un au plan national et un de l’Uemoa. Le Pag, poursuit le ministre a positionné l’éducation au rang des leviers sur lesquels il faudra agir pour la restructuration et le décollage de l’économie nationale.
Dans la même veine, son collègue de l’Enseignement supérieur fait constater que les filières scientifiques ont obtenu un taux d'admissibilité élevé cette année. Le gouvernement y tient, rappelle Marie Odile Atanasso pour qui les séries scientifiques sont les filières prioritaires du gouvernement, susceptibles de fournir la main d’œuvre pour un réel décollage comme c’est le cas dans les pays asiatiques. Elle se réjouit que la jeune génération s’oriente vers ces filières.
D’après les grandes tendances annoncées par le directeur de l’Office du baccalauréat hier, le département du Littoral vient en tête avec un taux de 57,87%. Il sera suivi respectivement des départements de l’Atlantique 56,37 %, du Zou 51,48 %, de l’Ouémé 50,60 %, du Mono 50,29 %, du Plateau 48,74 %, du Couffo 44,37 %, du Borgou 44,23 %, de la Donga 40,17 %, des Collines 44,02%, de l’Atacora 39,91 % et de l’Alibori qui s’en est sorti avec 35,11 %, bouclant ainsi la boucle.
Il convient de souligner que la série A1 a obtenu un taux de 54,94 % et A2 a enregistré 49,32%. Les séries B, C, D ont respectivement obtenu 60,20%, 66,36 % et 42,12 %. La G1, G2 et G3 ont eu respectivement un taux de 71,63 %, 69,12 % et 43,58 %. Quant aux séries E et EA, elles ont obtenu des taux respectifs de 68,42 % et 66,82 %. La F1 a eu un taux de 50,00 %, la F2 78,18 % la F3 72,54 % et la F4, 53,38 %. Il faut saluer les efforts des autorités en charge de l’éducation qui tiennent le pari de la publication des résultats à temps.
Au terme des délibérations, les résultats seront affichés dans les collèges. La session de remplacement du Baccalauréat 2019 se tiendra dans le centre unique du Ceg Sainte Rita à Cotonou du lundi 15 au jeudi 18 juillet à partir de 8 heures. Les candidats concernés sont invités par l’Office du Baccalauréat à retirer leur convocation sur place ce jeudi 11 juillet.

Évaluer cet élément
(6 Votes)
Lu 3129 fois