Les pollueurs de la ville de Cotonou ont tout intérêt à se défaire de leurs mauvaises habitudes. La lutte engagée il y a peu contre la pollution environnementale et sonore reprend ce jour. C'est ce qu'a annoncé le directeur départemental de la Police républicaine du Littoral, Sédou Houndé, au sortir de la réunion de commandement tenue hier, mardi 9 juillet, au Parquet du Tribunal de première instance de Cotonou.

"Dès ce jour, des équipes seront constituées et vont investir la ville. Les auteurs de toutes sortes de pollution qui seront appréhendés, feront l'objet de procédures judiciaires", a martelé le commissaire Sédou Houndé, directeur départemental de la Police républicaine du Littoral. A l'en croire, les sanctions seront plus corsées que par le passé. Il rappelle que cette lutte avait été lancée entre-temps. Des personnes avaient été appréhendées en flagrant délit et ont écopé de peines douces. Dans la crainte, d'aucuns s'étaient ressaisis. Mais depuis peu, l'on observe une rechute des populations dans les comportements insalubres. Et cette fois-ci, le procureur de la République près le Tribunal de première instance de Cotonou est décidé à relancer la chasse aux actes malsains avec plus de rigueur. A en croire le directeur départemental de la Police républicaine du Littoral, il n'y aura pas de ménagement et les forces de l'ordre sont instruites pour faire appliquer la loi. "Il faut débarrasser Cotonou de ces comportements qui salissent l'image de la capitale économique", a-t-il soutenu. La repression reprend donc et gare aux pollueurs environnementaux et sonores.
Lors de la rencontre entre le procureur de la République et les premiers responsables de la Police républicaine du Littoral, il s'est par ailleurs agi des questions de sécurité et de la recrudescence des actes de braquages sur certains axes.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 848 fois