Le groupe philippin « Penson&Company, Inc. » (Pci) s’implante dans les prochaines semaines au Bénin. Le manager général de la société, Ricardo Penson, et le directeur général de l’Agence de promotion des investissements et des exportations (Apiex), Laurent Gangbès, ont procédé à la signature du protocole d’accord, vendredi 22 mars dernier à Cotonou.

Le groupe « Penson&Company, Inc. » (Pci) investira au Bénin dans des usines de transformation de fibres d’ananas en textile, dans la construction et la gestion de cliniques. Le directeur général de la firme philippine, Ricardo Penson, l’a annoncé, vendredi 22 mars dernier à Cotonou, à la faveur de la signature d’un protocole d’accord avec l’Agence de promotion des investissements et des exportations (Apiex).
Spécialisée dans la conception, la construction, le financement, l’exploitation et la maintenance d’infrastructures de transport, d’énergie, d’eau et de services hospitaliers, la société entend développer ses activités au Bénin pour créer de la richesse et des emplois. Comme aux Philippines, il sera question de combiner les fibres d’ananas et de coton, deux productions en pleine croissance au Bénin, pour fabriquer des vêtements. Le groupe entend aussi contribuer à renforcer au Bénin la couverture sanitaire comme dans son pays d’origine où il a participé au programme de dotation de 47 000 villages en centres de santé bien équipés, en un temps record. L’accent sera de même mis sur le développement de la formation technique et professionnelle qui a permis aux Philippines d’engranger 36 milliards de dollars US par an, selon M. Penson.
Le choix du Bénin pour répliquer ces succès n’est pas un hasard, à l’en croire. Le Bénin est certes un petit pays, mais il occupe une position stratégique faisant de lui une puissance en devenir en Afrique de l’Ouest, fort de sa stabilité politique, de la paix sociale qui y règne et des réformes engagées depuis l’arrivée au pouvoir du président Patrice Talon pour améliorer le climat des affaires et le bien-être, justifie-t-il. Le manager général du groupe Pci, également président directeur général de la société Ausphil Tollways Corporation, note des similitudes entre son pays et le Bénin.
A 65 ans, le dirigeant d’entreprise et activiste social philippin dit avoir pris sa retraite, il y a deux semaines, et compte partager toute son expérience au Bénin ; lui qui, en dix ans, à travers son groupe et avec le concours de San Miguel Corporation (Smc), a pu mobiliser plus de 1 milliard de dollars US pour des projets d’infrastructures sans avoir recours à l’aide étrangère ou à des prêts.
Le directeur général de l’Apiex, Laurent Gangbès, se réjouit de l’intérêt porté au Bénin par le groupe philippin qui s’annonce après le groupe français Vipp-Interstis, spécialisé dans la relation client et installé au Bénin le 1er octobre et Engie Fénix Bénin spécialisé dans la vente de kits solaires et installé dans le pays en novembre 2018. Les deux sociétés ont déjà recruté respectivement 500 et 300 jeunes béninois en quelques mois, en attendant des milliers d’autres dans les prochains mois. Tout cela est le fruit des efforts déployés par le gouvernement en général et l’Apiex en particulier, souligne Laurent Gangbès. L’Agence continuera son travail de promotion du Bénin, assure-t-il, annonçant par la même occasion plusieurs manifestations dans les jours à venir, notamment l’organisation d’un forum Bénin-Belgique le mercredi 27 mars prochain, d’une rencontre de l’Apiex avec les investisseurs turcs le 3 avril et du Nordic-Bénin Business forum, les 4 et 5 avril prochains.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1029 fois