La session du conseil communal de Lokossa peine à se réunir depuis fin juin dernier. La quatrième tentative prévue pour ce mercredi 13 septembre à l’hôtel de ville, s’est aussi soldée par un report. Cette fois-ci, le report n’est pas dû aux conseillers frondeurs mais à un présumé risque de trouble à l’ordre public. Réelle menace ou stratégie pour faire gagner du temps au député Dakpè Sossou engagé sur le front de la médiation ?

Le maire Pierre Awadji n’a pas donné, hier, la possibilité aux conseillers frondeurs de le contraindre à reporter, pour une énième fois, la session du conseil communale. En lieu et place de la cérémonie d’ouverture de ladite session, l’autorité communale a fait distribuer un communiqué faisant état d’un report sine die.
S’agissant des raisons motivant une telle décision, le communiqué signé du maire, Pierre Awadji, renseigne que: «Un groupuscule de la population aurait pris toutes les dispositions pour semer des troubles à l’ordre public par voie de fait et des atteintes aux biens». Le texte indique que ces présumés actes seraient commis au cours de «la session de ce jour », avec à la clé, le bémol qu’il s’agit d’une «information de dernière minute» à vérifier par les services compétents. Le maire a prétexté de cela pour annuler la session du jour, comme pour prendre une certaine revanche et empêcher les velléités des pourfendeurs de sa gestion. « En ma qualité de responsable de la police administrative, aux termes de nos lois, je me trouve dans l’obligation de reporter la tenue de la présente session de notre instance », a-t-il retenu dans le communiqué qui ne comporte aucune autre date de convocation de session. Les conseillers, qui étaient déjà en salle de conférences, ont reçu individuellement copie dudit texte sans avoir eu l’occasion d’en discuter avec le signataire resté, quant à lui, dans son bureau. Et ce fut sans aucune manifestation bruyante que tout cela s’est passé.
Autant le prétexte de trouble à l’ordre public paraît bien à propos, autant le fait de n’avoir avancé aucune date de report laisse la main pour conduire des actions de médiation entreprises par l’ancien maire Dakpè Sossou, actuel deuxième secrétaire parlementaire à l’Assemblée nationale.

Dans le rôle de sapeur-pompier

Dakpè Sossou qui a cédé le fauteuil de maire à Pierre Awadji, était aussi présent hier à l’hôtel de ville. C’était dans une ambiance bon enfant de retrouvailles avec ses anciens compagnons. Mais cette présence du député de la 18e circonscription électorale n’est pas anodine. Celle-ci fait suite aux démarches qu’il a entreprises en amont en vue de ramener la paix au sein du conseil communal. Il est entré dans ce rôle de sapeur-pompier depuis quelques jours, en engageant des discussions au sujet de la crise avec les conseillers. Il a même proposé d’organiser un forum de vérité à l’intention des élus, toutes tendances politiques confondues, à l’exception du maire. Car, selon lui, au-delà des dix conseillers qui affrontent Pierre Awadji, à visage découvert, c’est tout le collège qui tient à peu près les mêmes reproches. « Il est important de discuter, de trouver des moyens de sortie de la crise afin de nous préoccuper des questions de développement de la ville », a déclaré le député. Dakpè Sossou s’est dit engagé à la résolution de la crise, comme une marque de reconnaissance envers les populations de Lokossa sans lesquelles il n’aurait pas connu son ascension en politique. Mais pour ceux qui se souviennent encore de combien a été l’engagement du député à ne concéder sa succession rien qu’à Pierre Awadji, c’est sans surprise que Dakpè Sossou s’investit dans ce rôle de sapeur-pompier pour sauver son protégé. Autrement, il aurait sur sa conscience l’enlisement du développement au profit des querelles de personnes qui ont gagné sa propre famille politique : les Forces démocratiques unies (Fdu) de la commune. Reste à savoir la marge de manœuvre dont il dispose encore face aux fâchés qui s’estiment meilleurs que son poulain pour impulser le développement de la cité des Kotafon?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 771 fois