Le Gouvernement vient de transmettre à l’Assemblée nationale pour autorisation de ratification, l’accord de financement additionnel signé entre le Bénin et l’Association internationale de développement (Aid), pour la prorogation de la phase initiale du Projet d’appui à la diversification agricole (Pada). Au total, 40 milliards F Cfa sont mobilisés par le Gouvernement qui témoigne ainsi de sa détermination à œuvrer pour le renforcement de la sécurité agricole.

Bonne nouvelle pour les acteurs du Projet d’appui à la diversification agricole (Pada) ! La poursuite du projet est désormais garantie avec l’accord de financement additionnel signé à cet effet, le 2 juin dernier, entre la République du Bénin et l’Association internationale de développement (Aid) de la Banque mondiale. Ce financement additionnel, d’un montant de 41,9 millions d’euros, soit 27 484 598 300 F Cfa, permettra de proroger la phase initiale du projet jusqu’au 20 février 2021.
Tous les documents de l’accord sont actuellement sur la table du président de l’Assemblée nationale. Et ce, conformément aux délibérations du Conseil des ministres, du mercredi 2 août dernier, qui a adopté le décret portant transmission au Parlement de l’accord de financement pour autorisation de ratification. La balle est donc désormais dans le camp des députés qui doivent donner leur approbation. Ils ne tarderont à donner leur quitus, peut-être au cours de leur prochaine session extraordinaire, afin de permettre au Gouvernement d’entrer en possession du crédit pour la poursuite de ce projet. Ce dernier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement agricole et du Plan stratégique de développement du secteur agricole (Psdsa 2017-2021). Et spécifiquement, le Pada vise l’amélioration de la sécurité alimentaire, du développement des chaînes de valeur orientées vers l’exploitation et de la situation financière des producteurs agricoles.
Ce nouveau financement vient s’ajouter à l’accord de prêt d’un montant d’environ 12,004 milliards F Cfa déjà consenti par le Gouvernement béninois toujours auprès de l’Aid pour la prorogation de la phase initiale du Projet de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (Ppaao-Bénin) achevée en mars dernier. L’autorisation de ratification de ce financement additionnel a déjà été donnée par les députés à la faveur de leur séance plénière du jeudi 15 juin dernier. Ce nouveau crédit devrait permettre, au cours des trois prochaines années, de consolider les acquis de la première phase du Ppaao-Bénin à travers la diffusion et l’adoption à grande échelle des technologies et de contribuer à la mise en œuvre du volet agricole du Programme d’action du Gouvernement en intensifiant les actions sur les cultures comme l’ananas, l’anacarde, le riz, le maïs ainsi que le poisson. Cette phase additionnelle est prévue pour s’étendre à d’autres spéculations comme les cultures maraîchères, la volaille et les petits ruminants en même temps qu’il travaillera à l’amélioration des conditions nutritionnelles des populations, en partenariat avec le secteur privé. Ce qui porte ainsi à près de 40 milliards F Cfa, les fonds mobilisés par le Gouvernement du président Patrice Talon auprès de la Banque mondiale, en l’espace de quelques semaines, pour renforcer la sécurité agricole au Bénin grâce aux Pada et Ppaao n
 

 

Évaluer cet élément
(4 Votes)
Lu 455 fois