En prélude au match Gambie-Bénin comptant pour la 5e journée des éliminatoires de la Can 2019, le sélectionneur national du Bénin Michel Dussuyer s’est entretenu, ce vendredi 9 novembre, avec les hommes des médias à Cotonou. Au cours de cette conférence de presse, il a répondu aux questions des journalistes à propos de la liste des 22 Ecureuils retenus et de son objectif pour cette expédition gambienne.

« Le seul cas de figure pour la qualification est de gagner en Gambie sans que le Togo ne batte l’Algérie….». C’est ainsi que le sélectionneur national du Bénin Michel Dussuyer a évoqué devant la presse, ce vendredi 9 novembre à Cotonou, le schéma favorable à une qualification des Ecureuils à l'issue du match Gambie-Bénin, le 17 novembre prochain à Banjul. Pour le technicien français, le Bénin est maitre de son destin et le résultat de ce match sera déterminant pour la fin. « Nous allons en Gambie pour faire le meilleur résultat possible », a-t-il rassuré.
Confiant des qualités de ses poulains, le sélectionneur des Ecureuils justifie le choix de certains joueurs convoqués pour cette expédition. « Djiman Koukou a retrouvé un club et s’entraine régulièrement. C’est un joueur d’expérience », a-t-il expliqué au sujet du retour de ce dernier en sélection nationale. Quant à la convocation du milieu offensif Cèbio Soukou, Michel Dussuyer pense que les qualités techniques de ce joueur militent en sa faveur. « Cébio Soukou est un milieu offensif, capable d'évoluer en avant-centre. Il est un joueur qu'on suivait depuis pas mal de temps », a-t-il déclaré. Pour lui, ce qui compte reste le niveau personnel des joueurs en club.
Toutefois, le sélectionneur du Bénin reste prévoyant face aux scorpions de la Gambie qui constituent un adversaire inconnu pour lui. « La Gambie est une équipe que je n'ai jamais affronté. Ils ont un bel effectif avec des joueurs qui évoluent en Europe », a-t-il confié. C’est pourquoi, selon lui, il faudra faire preuve d'un bon état d'esprit pour revenir avec un bon résultat de Banjul. Le technicien français compte pallier l’absence de Stéphane Sèssègnon en travaillant la tactique nécessaire lors des préparatifs. « Sessègnon est un joueur qu’on ne remplace pas facilement. Nous allons travailler pour pallier son absence», a-t-il promis. Comme quoi, le sélectionneur Michel Dussuyer a sa petite idée sur la stratégie à utiliser pour bien aborder ce match. Le stage de préparation de l’équipe a démarré ce lundi 12 novembre à Cotonou tandis que le départ pour Banjul est prévu pour le jeudi prochain par vol spécial.
Une vague de joueurs est déjà à Cotonou depuis dimanche dernier. Ils ont été rejoints dans la soirée d’hier par Mickaêl Pôté, Jodel Dossou, Fabien Farnolle et David Kiki.
En regroupement, les Ecureuils ont effectué leur première séance d’entrainement ce lundi 12 novembre au stade Général Mathieu Kérékou. Ils étaient au total 17 joueurs présents à cette séance de décrassage.
Gardien : Saturnin Allagbé
Défenseurs : Salomon Junior, Chaona Chams Deen, Olivier Verdon, Khaled Adénon, Moïse Adilèhou, Séidou Barazé.
Milieux : Sessi d’Almeida, Jean-Marie Guerrard, Jordel Adéoti, Koukou Djiman, David Djigla.
Attaquants : Steeve Mounié, Cebio Soukou, Jacques Bessan, Marcellin Koukpo, Désiré Segbé Azankpo.

Cébio Soukou, la nouvelle recrue

Joueur offensif polyvalent, capable d’évoluer en milieu comme en attaque, rapide et buteur, Cébio Soukou, 26 ans, 1m86, 83 kg, est appelé pour la toute première fois en team national. Ce germano-béninois qui a démarré sa carrière professionnelle depuis 2011, va arborer pour la première fois le maillot de l'équipe nationale face à la Gambie le 17 novembre prochain. Le joueur de Hansa Rostock (équivalent de la D3 en Allemagne), a, à son compteur 5 buts en 11 rencontres cette saison. Accompagné de l’International Moussa Latoundji, le natif de Bochum, de père béninois et de mère allemande, a découvert pour la toute première fois le Bénin dimanche dernier. Après sa première séance d’entrainement ce lundi avec les Jaunes, Cébio Soukou promet faire bonne impression en apportant sa touche personnelle, surtout à un moment où l’absence de Stéphane Sèssègnon fait réfléchir le sélectionneur national Michel Dussuyer.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1741 fois