« Le sport au service de la santé » est une initiative que met en œuvre, du 14 au 29 septembre, une jeune activiste politique Solange Gbessin à l’intention des dames de la cité des kotafon.

Les participantes aux activités sportives prévues dans le cadre du projet « Le sport au service de la santé » se retrouvent à nouveau, ce samedi 22 septembre, après leur rencontre du vendredi dernier. Le projet leur offre non seulement des séances d’activités physiques mais aussi des communications sur des thématiques telles que le sport et la ménopause, la bonne alimentation, et la gestion des affaires publiques par les femmes. Les activités prendront fin le 29 septembre prochain à Lokossa, où se retrouvent les dames de cette commune et ses environs, autour de Solange Gbessin, une jeune qui essaie de prendre ses marques dans le domaine de la mobilisation autour des actions sociales. En effet, Solange Gbessin est membre d'un groupe de 140 femmes et jeunes filles, dont 20 pour le département du Mono, bénéficiaires du Programme de renforcement des capacités d'actions des femmes (Recafem, phase 4). Ces bénéficiaires sont encadrées en vue de prétendre accéder aux instances de décisions et poser des pas assurés une fois entrées dans la sphère politique. « Le sport au service de la santé » est donc le premier projet dont la mise en œuvre est soutenu par le Consortium Wanep-Rifonga, organisations de la Société civile, dans le cadre d’une grande initiative intitulée « Contribution à l’amélioration du taux des femmes aux postes électifs et nominatifs au Bénin ». L’intérêt du projet personnel, décline Solange Gbessin, est de permettre aux participantes « d'avoir une bonne santé et de se mettre à l'abri de beaucoup de maladies surtout celles cardio-vasculaires qui sèment la terreur dans de nombreux ménages ».
Le lancement du projet vendredi dernier à l’hôtel de ville a été marqué par la présence de plusieurs autorités et membres de la Conférence administrative départementale et une foule de citoyens. Saluant l'initiative, le maire de la ville, Pierre Awadji et le secrétaire général de la préfecture de Lokossa Arnaud Agon ont, tour à tour, promis l'accompagnement de leurs administrations respectives. « C'est également pour moi l'occasion de manifester, une fois encore, la satisfaction du conseil communal de Lokossa engagé lui-même pour la cause d'une meilleure présence effective de la femme dans tous les domaines », a tenu à faire savoir le maire?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1563 fois