Les membres du comité exécutif de la Confédération africaine de football se prononceront définitivement sur l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations édition 2019 confiée au Cameroun le 28 septembre prochain lors de la réunion du comité exécutif de l’instance faitière du football continental qui aura lieu à Charm el sheikh en Egypte.

Cette décision de la Caf mettra fin aux nombreuses polémiques qu’il y a eu ces derniers mois au sujet de la possibilité pour le pays retenu jusque-là, le Cameroun, d’être prêt, et de pouvoir terminer les travaux de réhabilitation et de construction des stades devant accueillir la compétition qui aura lieu l’année prochaine.

La Caf, pour prendre sa décision finale, tiendra compte du rapport du cabinet d’audit sur les préparatifs du Cameroun, et celui de l’évaluation de ses propres services fait en août dernier, rassure le président de la Confédération africaine de football, Ahmad Ahmad qui a précisé que la Caf ne retire pas l’organisation à un pays, mais si un pays n’est pas prêt ou qu’il n’a pas rempli les cahiers de charges qui lui ont été soumis, il se retire de lui-même.
Si le Cameroun remplit les cahiers de charge, la Caf pourra le confirmer comme pays organisateur, mais si ce n’est pas le cas, un ultimatum lui sera fixé, avant la possibilité du retrait.
Rappelons que le président camerounais Paul Biya et les dirigeants du sport camerounais ont, à maintes reprises affirmé que les travaux en cours dans le cadre de cette organisation de la Can 2019 vont s’achever dans les délais et que le pays sera prêt conformément aux cahiers de charges qui ont été fixés, atténuant ainsi les craintes des uns et des autres quant à l’avancement des travaux de construction des stades.
Cinq villes camerounaises à savoir : Limbé, Bafoussam, Garoua, Douala et Yaoundé sont retenues pour accueillir les différentes rencontres de la compétition.
Ce n’est qu’à l’issue de la réunion du comité exécutif de la Caf fin septembre qu’on saura si l’organisation de la Can 2019 doit être retirée ou non au Cameroun. Plusieurs pays ont manifesté déjà leur volonté d’accueillir la compétition dans le cas où elle lui serait retirée. Il s’agit du Maroc et de l’Algérie.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2297 fois