Les Ecureuils du Bénin ont réussi à passer le cap de Lomé dimanche 9 septembre dernier en tenant les Eperviers du Togo en échec (0-0) sur leurs propres installations. Stéphane Sèssègnon et ses coéquipiers ont surpris en déjouant les pièges de Claude Le Roy. Retour sur les moments clés du match.

Les Eperviers du Togo et les Ecureuils du Bénin se sont séparés dos-à-dos (0-0) à l’issue de leur derby entre voisins. Un résultat qui fait les affaires des Ecureuils sortis d’une longue trêve sans sélectionneur. Avec seulement 5 jours de préparation, rien ne donnait le Bénin favori dans ce match capital pour le Togo qui avait disputé plusieurs matchs amicaux. Mais les Ecureuils du Bénin ont créé la surprise en accrochant les Eperviers du Togo au stade municipal de Lomé devant 12000 spectateurs. Les cadres de l’équipe béninoise : le capitaine Stéphane Sèssègnon, Khaled Adénon, Salomon Junior et Poté Michael ainsi que les joueurs comme Olivier Verdon, Divid Kiki, Steve Mounier qui font aussi leurs débuts avec Michel Dussuyer, ont su préserver l’essentiel face à leur adversaire. Le bloc défensif de l’équipe de Michel Dussuyer a empêché les Eperviers de concrétiser les occasions de but.
Les Ecureuils étaient présents dans tous les compartiments de jeu, enrayant toutes les velléités des poulains de Claude Le Roy. Le gardien Fabien Farnolle a su bien gérer les sorties aériennes même si ses dégagements du pied étaient moins rassurants. Sa complicité avec la défense des Ecureuils étant sans failles, il a su faire preuve de vigilance face au capitaine togolais, un joueur bon de la tête.
Rassemblés autour de Khaled Adénon, les defenseurs béninois Olivier Verdon et Salomon Junior, Chaona Shams Deen et David Kiki ont su contenir les attaquants togolais. Leur capitaine Emmanuel Shéyi Adébayor, Mathieu Dossevi, Razack Boukari et autres ont été destabilisés tout au long de la rencontre. Beaucoup d’autorité et une bonne lecture de jeu font la marque des défenseurs béninois. En témoignent les chaudes alertes dans le camp béninois les 20e, 41e, 71e et 88e minutes où le Togo aurait pu faire la différence. David Kiki, Chaona Chams Deen et Khaled Adénon ont répondu énergiquement aux assauts offentifs togolais. Leur entancipation dans le jeu a occasionné les sorties de Razack Boukari et d'Emmanuel Adébayor.
Le capitaine béninois, Stéphane Sèssègnon, a donné du fil à retordre en résistant à la charge de Djéné Dakonam, Atakora Lalawélé et Ihlas Bebou en milieu de terrain. Il a allié technicité et force en manifestant beaucoup de présence et de sûreté. Pour preuve, ses envolées des 25e, 31e et 75e minutes de jeu. Le meneur de jeu béninois s'est impliqué personnellement sur le plan offensif en créant beaucoup de problèmes aux defenseurs togolais. Il a été soutenu dans ses œuvres par Jordan Adéoti. Sérieux en milieu de terrain, ce dernier a manqué d’un peu de justesse dans son jeu vers l’avant.
Les attaquants béninois se sont créés beaucoup d’occasions. Néanmoins, Jodel Dossou, Michael Poté et Steve Mounier ont manqué d’éfficacité devant les buts. Ils auraient pu faire parler la poudre. Les joueurs comme Désiré Azankpo, Marcellin Koukpo entrés en cours de jeu, en lieu et place respectivement de Michael Poté et de Jodel Dossou, ont également apporté leur force de caractère dans cette partie. Ainsi, le collectif des défenseurs béninois et les individualités en milieu de terrain et en attaque ont permis au Bénin de tirer son épingle du jeu.

Mieux préparer les
prochaines joutes

Avec ce résultat, le Bénin rejoint l’Algérie en tête du groupe D avec 4 points après deux journées. Les deux sélections vont s’affronter lors des 3e et 4e journées de la compétition. Elles totalisent chacune 3 points d’avance sur la Gambie et le Togo. Les responsables du football béninois, le staff technique et les Ecureuils ne doivent pas dormir sur leur laurier. Il va falloir concocter un meilleur programme de préparation avant la double confrontation contre Algérie, le 10 et 13 octobre prochains à Alger et à Cotonou. Le sélectionneur Michel Dussuyer et son staff n’auront qu’à faire des propositions dans ce sens. Si le Bénin espère se qualifier pour la Can Cameroun 2019, il faudra éviter une préparation comme celle faite face au Togo. Car, il faut des matchs amicaux pour huiler les automatismes et renforcer le collectif entre les milieux de terrain et les attaquants. Le match Togo-Bénin relève désormais du passé et, il faut en tirer les enseignements nécéssaires pour s'aguerrir dans la perspective des prochains matchs?

Résultats complets
Groupe A
Madagascar 2–2 Sénégal  
Guinée équatoriale 1–0 Soudan 

Groupe B
Maroc 3-0 Malawi  
Comores 1–1 Cameroun 

Groupe C
Gabon 1–1 Burundi  
Soudan du Sud 0–3 Mali 

Groupe D
Gambie 1–1 Algérie  
Togo 0–0 Bénin 

Groupe E
Seychelles 0–3 Nigeria 
Afrique du Sud 0–0 Libye 

Groupe F
Kenya 1–0 Ghana  
Ethiopie 1–0 Sierra Leone 

Groupe G
Congo 1–1 Zimbabwe  
Liberia 1–1 RD Congo 

Groupe H
Rwanda 1–2 Côte d’Ivoire 
Guinée 1–0 République centrafricaine 

Groupe I
Angola 1–0 Botswana  
Mauritanie 2-0 Burkina Faso
 
Groupe J
Egypte 6-0 Niger 
Swaziland 0–2 Tunisie 

Groupe K
Namibie 1–1 Zambie 
Mozambique 2–2 Guinée-Bissau 

Groupe L
Lesotho 1–1 Cap-Vert  
Ouganda 0–0 Tanzanie

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2603 fois