Les Ecureuils du Bénin affrontent ce dimanche 9 septembre, les Eperviers du Togo, au stade municipal de Lomé, dans le cadre de la deuxième journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations Cameroun 2019. Une rencontre difficile pour le Bénin qui aura à cœur d’enchaîner avec une victoire face au Togo, à la quête d’un succès après sa défaite (1-0) au stade Mustapha Tchaker lors de la première journée.

Les Ecureuils du Bénin seront dans l’enfer du stade municipal de Lomé, ce dimanche 9 septembre face aux Eperviers du Togo, à la faveur de la 2e journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations Cameroun 2019. Vainqueurs de la Gambie (1-0), le 11 juin 2017 lors de la 1ère journée de la randonnée au stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou de Cotonou, Stéphane Sèssègnon et ses coéquipiers auront à cœur de défier les Eperviers sur leurs installations. Pour y parvenir, ils affûtent leurs armes, depuis lundi dernier à Cotonou, sous l’égide du sélectionneur national, Michel Dussuyer et du staff technique.
Les séances d’entraînement déroulées à huis clos ont permis au technicien français d’huiler les automatismes pouvant déjouer la machine de Claude Leroy.
Avec, dans ses rangs, les joueurs comme Stephane Sèssègnon, Michael Poté Fabien Farnolle, Steve Mounié, Khaled Adenon, Jodel Dossou Saturnin Allagbé, David Kiki, Mama Séïbou, Olivier Verdon, David Djigla, Sessi d’Almeida, Salomon Junior, Jordan Adéoti et de Moïse Adilehou, le Bénin dispose d'un bon potentiel pour créer la surprise à Lomé.
La dernière confrontation entre les deux pays à Lomé s’est soldée par la victoire du Togo (2-1), le 2 septembre 2006 au stade de Kégué alors que leur dernier match à Cotonou s’est soldé par un score large de 4 à 1 pour le Bénin.
Le Togo est resté difficile à manier par le Bénin depuis plusieurs décennies. De plus, le Bénin ne s’est jamais imposé face au Togo sur ses installations. En 16 rencontres entre les deux sélections, les Eperviers ont remporté la moitié des confrontations contre 2 victoires pour le Bénin et 6 matchs nuls.
Voilà qui met la pression sur les hommes de Michel Dussuyer appelés à vaincre le signe indien au stade de Lomé devant le public togolais difficile à vivre. Après 48 heures de séances d’entraînement à huis clos mercredi dernier et ce jeudi, les Ecureuils vont achever les préparatifs de cette rencontre ce vendredi par une séance ouverte au public.
A l’instar du milieu de terrain Jordan Adéotie, les Ecureuils ne redoutent pas leurs adversaires. « On a confiance en nous et nous ne redoutons pas l’adversaire », a-t-il rassuré.
Le sélectionneur du Togo, Claude Le Roy, est d’ailleurs conscient des atouts du Bénin : « Ils ont de bons joueurs dans tous les compartiments. Des joueurs qui évoluent dans les championnats professionnels. On sait que ça va être un match compliqué. On n’a qu’un seul objectif : c’est d’essayer de sortir avec les trois points », a-t-il déclaré. Comme Claude Le Roy, le sélectionneur du Bénin respecte le contingent togolais mené par les têtes d’affiche comme le capitaine Adébayo Shéyi de Basaksehir en Turquie, Mathieu Dossevi de Toulouse, Floyd Ayité de Fulham en Angleterre et de Razak Boukari de Chateauroux, tous expérimentés.
Ce match apparaît également comme un duel entre deux entraîneurs français. Le technicien français Claude Le Roy a déjà vécu des derbies chauds sur le continent, mais reste méfiant face aux poulains de Michel Dussuyer. Dans l’autre rencontre du groupe, la Gambie va accueillir les Fennecs d’Algérie qui partagent la première place avec le Bénin suite à 3 points gagnés à Banjul.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2302 fois