Les championnats d’Afrique d’athlétisme ont connu leur épilogue, dimanche 5 août dernier au Stephen Keshi stadium d’Asaba du Nigeria, avec des fortunes diverses pour les nations et les athlètes participants. Au classement final, le Kenya a terminé en tête avec 19 breloques, dont 11 en or, 6 en argent et 2 bronze tandis que le Bénin finit 12e avec une médaille d’or en heptathlon.

Les vingt-et-unièmes championnats d’Afrique d’athlétisme se sont achevés dimanche 5 août dernier à Asaba au Nigeria. Pour une première fois, le Bénin s’affiche au tableau des nations ayant remporté des médailles. Devant le Ghana, 13e et le Cameroun, 14e et après le Burkina Faso, 10e et l’Algérie, 11e, le Bénin occupe la 12e place sur 35 nations grâce à la médaille d’or remportée par l’athlète Odile Ahouanwanou en heptathlon. C’est la meilleure place occupée par Bénin à ce meeting depuis sa création en 1979. Une performance saluée par le secrétaire général de la Fédération béninoise d’athlétisme qui souhaite que cet exploit puisse susciter des talents et inviter les autorités béninoises à davantage investir dans le sport d’élite pour tutoyer les grandes nations de sport sur le continent à l’instar du Kenya et l’Afrique du Sud qui ont terminé respectivement champion et dauphine de la compétition. 

Avec 19 médailles dont 11 en or, 6 en argent et 2 en bronze, le Kenya a damé le pion à l’Afrique du sud, 2e avec 30 médailles dont 9 en or, 13 en argent et 8 en bronze. Le Nigeria, pays hôte, est venu à la 3e place avec 19 médailles dont 9 en or, 6 en argent et 5 en bronze. Le Burkina Faso est 10e avec trois médailles dont une médaille en or remportée par Fabrice Zango au triple saut avec un saut de 17,11 m et deux médailles d’argent remportées par Marthe Koala.
Au total, 23 pays figurent dans le classement des pays ayant obtenu des médailles lors de ces championnats sur les 35 pays participants.

Les grands noms au sommet !

Annoncée comme une chance de médaille pour le Bénin, l’athlète béninoise Noélie Yarigo n’a pas fait mieux que de finir 7e lors de la finale du 800 m. Mais certains grands noms de l’athlétisme africain ont encore fait parler la poudre. La double championne olympique Semenya Caster a ravi les foules d'Asaba avec la plus rapide course au 400 m en 49’’96 en arrachant le titre africain. Elle a mis au vent Christine Botlogetswe du Botswana : 51’’19 et la Nigériane Ajayi Yinka, 3e avec un chrono de 51’’34.
Le Botswanais Thebe a conservé son titre au 400 m en 44’’81 devant le Sud- Africain Phora Thapelo (45’’14) et le Nigérian Okzie Chidi (45’’65). Son compatriote Amos Nijel a survolé la finale du 800 m avec un chrono de 1’45’’20 devant Emmanuel Korir du Kenya qui a remporté la première médaille de sa carrière en 1’45’’65.
La Nigériane Onyekwere Chioma a fait un doublé au Nigeria lors de la finale du disque féminin, avec un jet gagnant de 58,09 m pour battre sa compatriote Okoro Chinwe en 57,37 m. La Sud-Africaine Ischke Senekal a obtenu la médaille de bronze en 53,82 m. L’Algérien Abdelmalik Lahoulou a remporté les 400 m haies en 48’’87, son deuxième titre continental après la médaille d’or des All African Games 2015 devant le champion en titre du Commonwealth, le Sud-Africain Cornel Fredricks (49’’40) et le Tunisien Zied Azizi (49’’48).
Le champion du monde 2015 Nicholas Bett du Kenya n'a pas terminé la course. Il faut noter que les deux meilleurs athlètes de chaque épreuve représenteront l’Afrique à la Coupe intercontinentale à Ostrava, les 8 et 9 septembre prochains.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1253 fois