Le Centre Latoundji sport et promotion a organisé, samedi 28 juillet dernier à Cotonou, une journée de reconnaissance des talents dénommée "Award day". Il s’agit de promouvoir l’excellence aux fins de développer des futurs champions en football à travers des récompenses aux meilleurs ainsi à qu’à leurs parents.

Le Centre Latoundji sport et promotion a offert des trophées et des kits de sport aux enfants pensionnaires méritants de ladite académie et à certains parents pour s’être illustrés positivement au cours de l’année académique qui s’achève. Ce geste vise, selon le coach principal de ce centre, Patrick Gislain Agoli-Agbo, à susciter l’envie de bien faire et d’exceller au sein des jeunes pensionnaires. L'"Award day" s’inscrit dans cette dynamique et vise à détecter des champions dès le bas âge. 

Pour Patrick Gislain Agoli-Agbo, la formation à la base exige que les enfants se mettent dans la peau du professionnel, qu’ils soient apprêtés à ce qu’ils vont affronter au haut niveau. C’est ce qui se fait, affirme-t-il, par la volonté d’une personne : Moussa Latoundji, international béninois, promoteur du centre qui porte son nom pour l’excellence. Pour amener les enfants à viser l’excellence, le centre a instauré les récompenses pour les meilleurs au terme d’une année. Il est question de susciter une saine émulation entre eux. L’objectif, dit le coach du centre, c’est de montrer aux enfants qu’ils peuvent aussi un jour, s’ils s’acharnent au travail, recevoir le ballon d’or.
Ce centre créé il y a deux ans est animé par d’anciens joueurs ayant évolué dans les différents championnats et connaissant les problèmes du football béninois. Pour le coach, leur position actuelle les oblige à apporter des solutions pérennes aux faiblesses de la pratique de ce sport au Bénin. « Nous allons apporter à ces enfants ce qui nous avait manqué », a-t-il confié, insistant que c’est l’orientation qui a toujours fait défaut dans le football béninois. Il ajoute qu’il est aussi question de s’assurer que les enfants jouissent de la formation dont ils ont bénéficié pour vivre plus tard de leurs talents en se professionnalisant.
Il soutient que c’est bien possible de vivre de son talent en football aujourd’hui, indexant le manque de vision et de synergie avec les pays voisins. Pour lui, il ne peut y avoir développement du football sans le développement à la base. C’est le socle, souligne-t-il, d’un bon positionnement parmi les grandes nations de football. Pour cela, le Centre Latoundji sport promotion développe au sein de ses pensionnaires l’esprit d’excellence. Car, on ne peut obtenir des champions en continuant à faire ce qui se faisait par le passé, indique le coach. Il faut que les enfants apprennent à connaître le terrain, le ballon et assimilent les techniques et actions efficaces dans un espace donné.
Outre la formation, le centre oriente et manage aussi ses adhérents pour qu’ils puissent atteindre le haut niveau et à pouvoir vivre de leurs talents. Neuf trophées ont été distribués autant aux parents qu’aux apprenants de Lsp. Aussi des kits de footballeur ont été distribués aux apprenants qui se sont fait remarquer.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1300 fois