Ce soir à 20 heures de Cotonou, le pays organisateur affronte le Ghana pour le compte de la première demi-finale de la CAN. La rencontre qui se joue à Bata donne droit au premier ticket de la finale du dimanche 8 février prochain qui va consacrer un nouveau champion d’Afrique.

Le cœur de la Guinée Equatoriale va battre aujourd’hui, non pas dans ses poumons, mais sur l’aire de jeu du stade de Bata, la ville économique du pays. Et pour cause, ce petit pays inconnu du gotha du football africain peut entrer dans l’histoire en accédant au terme des 90 mn de jeu ce soir, face à une des formations de football les plus réputées du continent. Ghana # Guinée Equatoriale, c’est la première affiche des demi-finales de la CAN édition 2015. Pour une affiche de demi-finale, elle s’annonce alléchante. Le Nzalang nacional face aux Black Stars, c’est le pays organisateur face au quadruple vainqueur de l’épreuve.
Pour les amateurs de statistiques, le Ghana venu dans la compétition en 1962 est à sa 20è participation à une phase finale de CAN contre 2 pour la Guinée Equatoriale. Au cours de ses 20 participations sur 30 éditions, il a remporté 4 titres: 1963, 1965, 1978 et 1982. C’est la 9è fois que le Ghana va jouer la demi-finale de la CAN, contre une seule pour son adversaire du jour. La plus grande performance de la Guinée Equatoriale était les ¼ finales en 2012.

Autre temps… autre réalité

S’il faut s’en tenir aux statistiques, on est tenté de penser à une rencontre déséquilibrée: David contre Goliath. Mais là s’arrête la comparaison. Deux matches de football ne se ressemblent guère et les contextes ne sont toujours pas les mêmes. Ce soir, c’est une autre génération, et une autre approche. Ainsi beaucoup de facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour la rencontre de ce soir. La fraîcheur physique, le mental, la baraka et surtout la formation qui maîtrisera tous ces paramètres. Certes le public poussera son équipe. Mais il est loin d’influencer outre mesure ces jeunes ghanéens compétiteurs devant l’éternel qui ont déjà vu des verts et des non mûrs au cours de leur parcours.

Le seul avantage pour les poulains du coach équato-guinéen Esteban Becker, c’est qu’ils joueront libres. Autrement sans aucune pression, ce serait un non évènement que le Ghana quadruple champion d’Afrique les sorte de la compétition à ce stade. La Guinée Equatoriale a déjà atteint son objectif : celui d’aller au second tour. La surprenante qualification pour le carré d’as de la compétition ne peut être en tout cas pour eux, que la cerise sur le gâteau. Le Ghana a donc le dos au mur. Mais tous les observateurs s’accordent à reconnaître que cette formation évolue en se bonifiant.

Car, après avoir perdu leur premier match contre le Sénégal (1-2), les Ghanéens se sont rachetés en battant l’Algérie (1-0) grâce à un but de leur attaquant vedette Asamoah Gyan, dans les arrêts de jeu, puis l’Afrique du Sud (2-1) sur des buts de John Boye et André Ayew, deux des meilleurs joueurs de ce premier tour. Ainsi sortis premiers de leur groupe pourtant qualifié de la mort, les poulains de Avram Grant ont encore fait mal face à la Guinée en quart de finale en remportant le match sur le score de 3-0.
Pour espérer atteindre la finale de la compétition, le Ghana doit passer l’obstacle de la Guinée Equatoriale. Le Nzalang nacional a atteint ce niveau de la compétition après avoir créé la surprise en battant la Tunisie (2-1), dans une rencontre à polémique. Les Equato-Guinéens ont terminé deuxième de leur poule A en récoltant 5 points.

Les hommes du coach Esteban Becker n’ont perdu aucun match et ont même éliminé le favori de la poule A, le Gabon. Pour avoir atteint ce stade de la compétition pour la première fois de son histoire, la Guinée Equatoriale est bel et bien un adversaire de taille.
Pour le Ghana, un habitué du dernier carré et qui est monté en puissance au fil des rencontres, son adversaire ne devrait pas constituer un grand danger sur le papier.
Le Ghana, dont le dernier titre date de 1982 en Libye, n'est désormais plus qu'à une marche de la finale, où il n'est plus apparu depuis 2010 en Angola. A lui de ne pas rater cette occasion en or.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 6676 fois
Tags:
  • ,