Le 23 février dernier, le Bénin a enregistré de nouveaux cas de malades de fièvre hémorragique à virus Lassa. Le ministre de la Santé, Alassane Séïdou, a fait, ce mardi 28 février à Cotonou, une déclaration pour rassurer que la situation est sous contrôle.

Le système de surveillance épidémiologique de la fièvre à virus Lassa a été renforcé et la riposte bien organisée grâce à la vigilance et l’appui des partenaires techniques et financiers du Bénin. Cette nouvelle disposition est la suite logique de la réapparition de la fièvre hémorragique à virus Lassa au Bénin. 

Selon le ministre de la Santé, Alassane Séïdou, parmi les deux cas enregistrés, il y a un cas confirmé notamment celui de la commune de Tchaourou et un cas suspect, celui de la commune de Matéri. Il y a au total deux décès : le premier survenu le 12 février dans la commune de Tchaourou (Borgou) et le dernier survenu le 23 février dernier à l’hôpital de zone Saint-Jean de Dieu de Tanguiéta et provenant de Matéri (Atacora).
A en croire le ministre, 61 sujets ont eu des contacts avec les patients dont 23 sont en milieu communautaire et 38 dans les formations sanitaires. Des dispositions sont prises pour maîtriser rapidement cette épidémie, rassure-t-il, après avoir présenté les condoléances du Gouvernement aux familles éplorées.
Alassane Séïdou a saisi l’occasion pour rappeler à toute la population que la transmission de la fièvre hémorragique à virus Lassa peut se faire par contact avec les excréments de rongeurs notamment le rat à multiples mamelles. Il se transmet aussi au contact d’une personne infectée à travers les liquides biologiques comme le sang, l’urine, la salive, le sperme, les vomissures et les selles.
Comme symptômes, le ministre a rappelé que les premiers signes généraux sont : la fatigue générale, la fièvre, la nausée, des vomissements, la diarrhée, des maux de tête et de ventre, le mal de gorge. A cela peuvent s’ajouter l’œdème du cou ou du visage et des saignements.
Après avoir insisté qu’il existe un traitement efficace contre la fièvre hémorragique à virus Lassa, il avertit que son médicament permet de soigner les personnes malades mais à condition d’être administré rapidement dès l’apparition des premiers symptômes.
Pour préserver une bonne santé à sa population, le ministre de la Santé a fait quelques recommandations. Il avertit que dès les premiers signes, il convient de se rendre immédiatement au centre de santé le plus proche, renforcer les mesures d’hygiène individuelle et collective, bien protéger les restes et réserves de nourritures dans les maisons, éviter la manipulation et la consommation des rats. Il a exigé que l’on évite tout contact avec les selles, l’urine, la salive, le sperme, les vomissures d’une personne suspecte, malade ou décédée de la fièvre hémorragique à virus Lassa, et éviter la manipulation du corps d’une personne suspectée d’être décédée de la fièvre hémorragique à virus Lassa?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3963 fois
Tags:
  • ,