L’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique près le Bénin, Michaël Raynor, a procédé hier jeudi 12 mars, au lancement de la campagne de traitement de masse contre la schistosomiase (bilharziose) et les vers intestinaux en milieu scolaire à l’Ecole primaire publique Kotchi à Malanville. Au total, 662 967 enfants de 5 à 14 ans dont 50 392 à Malanville sont visés par le déparasitage contre la maladie.

Réduire les impacts des schistosomiases chez les enfants de 5 à 14 ans en général et les écoliers et élèves en particulier afin qu’ils poursuivent normalement les cours et accroissent leur rendement en classe. Tel est l’objectif visé à travers la campagne nationale de traitement de masse contre la schistosomiase et les vers intestinaux en milieu scolaire dont l’édition 2015 a été lancée hier à Malanville.

C’est l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique près le Bénin, Michael Raynor, qui a procédé à l’administration des comprimés de Praziquantel au premier enfant de l’école primaire publique de Kotchi à Malanville, donnant ainsi le top de cette campagne qui concerne plus de 50.000 apprenants de 69 écoles primaires publiques et privées ainsi que des collégiens et des non scolarisés de la commune situés dans la tranche d’âge.
Le directeur de l’EPP Kotchi, Hector Sabi Mékiré s’est réjoui du choix porté sur son école pour abriter le lancement de la campagne. La manifestation a eu lieu en présence du maire de Malanville, El Hadj Issiaka I. Bako, le conseiller technique pour RTI International au Bénin, Dr Jean-Jacques Tougoue, le conseiller-résident de RTI International au Bénin, Dr Aboudou Daré, le représentant du directeur départemental de la Santé Borgou-Alibori, Jacques Dagba, le médecin coordonnateur de la zone sanitaire Karimama-Malanville, Dr Mahoussi Hounkanrin.
Organisée par le Programme national de lutte contre les maladies transmissibles (PNLMT) avec l’appui technique et financier de RTI/ENVISION/USAID et la collaboration du ministère des Enseignements maternel et primaire (MEMP), la campagne concerne 28 communes pour 662 967 enfants au total dans les départements du Borgou-Alibori, de l’Atacora-Donga, du Zou-Collines et du Mono-Couffo, précise le docteur Wilfrid Batcho, coordonnateur du PNLMT. Pour le Borgou-Alibori, 909.700 comprimés de praziquantel sont mis à disposition pour déparasiter 316.602 enfants au total contre la schistosomiase.
La bilharziose, une maladie parasitaire, se transmet à l’homme par l’intermédiaire de petits escargots qui vivent dans les rivières, ce qui lui confère l’appellation de maladie des eaux souillées par les selles, indique Dr Wilfrid Batcho. Le parasite infecte les humains par pénétration de la peau dans l'eau douce et provoque des lésions au niveau des organes hôtes par l'accumulation des œufs des parasites dans les tissus des appareils urinaire, digestif, génital, etc. pendant des années, poursuit-il.

La maladie expose les enfants à une morbidité grave et les populations contaminées à d’importantes répercussions sanitaires et socio-économiques sur leurs activités productives. En effet, elle peut entraîner la stérilité, le cancer de la vessie et même la mort. Il faut souligner que la plupart des 77 communes du Bénin sont endémiques à cette maladie qui constitue, en termes de ravages, la deuxième affection liée à l’eau après le paludisme.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2678 fois
Tags:
  • ,