Le samedi 28 juillet prochain, la communauté internationale va célébrer la journée mondiale contre l’hépatite. A l’occasion de l’édition 2018 axée sur le thème « Agir contre l’hépatite: dépister, traiter», le Bénin a initié plusieurs activités dont une quinzaine d’actions au cours de laquelle des campagnes de sensibilisation et de dépistage seront organisées à travers le pays.

Instituée depuis 2010, la journée mondiale contre l’hépatite est une occasion pour faire focus sur les actions menées et les stratégies mises en œuvre pour venir à bout de cette maladie. A l’instar de plusieurs pays, le Bénin ne reste pas en marge de cette célébration. Une quinzaine d’actions contre l’hépatite est prévue du 22 juillet au 05 août 2018. Organisée par le ministère de la Santé en partenariat avec l’Alliance béninoise des organisations de la société civile contre les hépatites virales (Aboschvi), cette quinzaine sera l’occasion de vulgariser le plan stratégique national de lutte contre les hépatites virales au Bénin, d’encourager la population à se faire dépister et à s’investir dans la recherche des personnes non diagnostiquées.
Plusieurs autres activités figurent au programme de cette quinzaine d’actions. Elle sera également marquée par une conférence grand public sur le thème « Trouver et sauver des milliers de vie », des campagnes de sensibilisation de proximité sur l’hépatite virale dans certaines communes, une caravane géante de sensibilisation dans la commune de Kandi, un atelier de formation des professionnels des médias et des organisations de la société civile au Bénin sur les hépatites, une séance de dépistage de l’hépatite B et de l’hépatite C le 28 juillet au profit de 1000 personnes sur l’esplanade du stade de l’Amitié Général Mathieu Kérékou à Cotonou.
Selon l’organisation mondiale de la Santé (Oms), « Les hépatites virales B et C sont de graves problèmes de santé qui touchent 325 millions de personnes dans le monde. Elles comptent parmi les causes premières du cancer du foie, qui entraîne 1,34 million de décès chaque année ». Au Bénin, les données disponibles au ministère de la Santé indiquent qu’à l’échelon national, les taux de prévalence sont de 9,9 % pour l’hépatite B et 4,12 % pour l’hépatite C. Environ 1,4 million de Béninois souffrent donc d’hépatite virale B ou C.
Malgré l’ampleur de la pandémie, seulement 9 % des personnes vivant avec le virus de l’hépatite B (VHB) et 20 % de celles vivant avec le virus de l’hépatite C (VHC) ont connaissance de leur maladie, selon l’Oms. Elles sont moins de 1 % en Afrique subsaharienne et au Bénin. De même, moins de 1 % des personnes vivant avec le VHB ou le VHC sont traitées en Afrique subsaharienne et dans notre pays.

Un plan stratégique national mis en place

Face à un tel tableau, les autorités concernées ont pris des mesures. A en croire le Pr Nicolas Kodjoh, point focal hépatites au ministère de la Santé et président de l’Aboschvi, « Notre pays fait partie de ceux qui se sont engagés dans la stratégie mondiale pour l’élimination de l’hépatite en 2030 dont les objectifs sont de diagnostiquer 95 % des personnes d’ici 2030 et de traiter 80 % des malades ». Il souligne la volonté politique affichée par la première autorité du pays, le président Patrice Talon. Toutes choses qui se traduisent, relève-t-il, par la mise en place d’un plan stratégique national de lutte contre les hépatites virales (Psnlh). « Cette volonté s’est concrétisée par l’arrimage du Psnlh au Conseil national de lutte contre le Sida, la tuberculose, le paludisme, les hépatites, les infections sexuellement transmissibles et les épidémies (Cnls-Tp) placé sous la présidence du chef de l’Etat. « Cette volonté affirmée, portée par un engagement politique fort et la société civile, est le gage indispensable pour l’accompagnement des partenaires techniques et financiers, des firmes pharmaceutiques et du secteur privé dans la mise en œuvre du Psnlh pour l’élimination de l’hépatite virale à l’horizon 2030 », ajoute Pr Nicolas Kodjoh.
Toute la population est à risque pour l’hépatite B, mais la très grande majorité des personnes atteintes est dans l’ignorance de leur maladie, d’où l’importance du test de dépistage. Aux dires des spécialistes, des solutions efficaces sont disponibles pour prévenir et pour traiter cette maladie. Pour l’hépatite B, la vaccination des personnes indemnes leur confère une protection efficace, tandis que pour l’hépatite C, des médicaments très puissants assurent la guérison définitive en moins de trois mois.
Il faut rappeler que le 14 septembre 2017, l’Assemblée nationale a adopté la loi portant prévention, prise en charge et contrôle des hépatites B et C en République du Bénin. Une loi qui a prévu la prise d’un certain nombre de mesures visant à faciliter aux populations, la prévention et le traitement de la maladie?

Hépatite B: comment puis-je me protéger?
L’hépatite B est une affection du foie due au virus de l’hépatite B (Vhb). Ce virus perturbe la fonction hépatique et entraîne des lésions pathologiques. Un faible pourcentage des personnes infectées n'arrive pas à éliminer le virus et l'infection devient alors chronique, ce qui fait augmenter le risque de décès d'une cirrhose ou d'un cancer du foie.

Comment contracte-t-on l’hépatite B?

Le virus de l'hépatite B se transmet par contact avec le sang ou avec les liquides biologiques d'une personne infectée, à l'instar du virus de l'immunodéficience humaine (Vih). En revanche, le virus de l'hépatite B est 50 à 100 fois plus infectieux que le Vih.
Les principales voies de transmission de l'infection par le Vhb sont les suivantes: de la mère à l’enfant au moment de l’accouchement (transmission périnatale); entre enfants; lors d’injections et transfusions à risque; lors de contacts sexuels non protégés.
Dans le monde, le virus se transmet le plus souvent de la mère à l'enfant, entre enfants (principalement dans le cadre familial) et par la réutilisation de seringues et d'aiguilles non stérilisées. Avant l’utilisation courante du vaccin anti-hépatite B, dans beaucoup de pays en développement, la quasi-totalité des enfants étaient infectés par le virus.

Comment l’hépatite B ne se transmet pas?

Le virus de l’hépatite B ne se transmet pas lors de l’échange d’ustensiles, l’allaitement maternel, les étreintes et les baisers ou encore en tenant la main de quelqu’un, en toussant, en éternuant ou en se baignant dans une piscine.

Comment puis-je me protéger?

On peut se protéger de l'hépatite B en se faisant vacciner. Le vaccin contre l'hépatite B est extrêmement sûr et efficace. Depuis 1982, plus d'un milliard de doses ont été utilisées dans le monde. Le vaccin est efficace à 95% pour ce qui est de la prévention de l'hépatite B chronique. Il donne une protection d'au moins 20 ans et l'Oms ne recommande pas pour l'instant de vaccination de rappel?

Source : OMS

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3057 fois