Avoir un enfant, telle est l’ambition de tous les couples qui se forment dans le monde. Lorsqu’après un moment de vie commune, la grossesse tarde à venir, le bonheur tant attendu cède place à l’angoisse, à la stigmatisation. Un drame social qui affecte 20 % des couples dans la population béninoise, à en croire Justin Léwis Dénakpo, professeur titulaire de gynécologie obstétrique à la faculté des sciences de la santé de Cotonou et chef du service de la clinique universitaire de gynécologie obstétrique (Cugo) du centre national hospitalier et universitaire (Cnhu) Hkm de Cotonou.

La Nation : Beaucoup de couples au Bénin sont confrontés au problème d’infertilité et de stérilité. Quelle compréhension faut-il avoir de ces deux terminologies ?

Pr Justin Léwis Dénakpo : L’infertilité, c’est l’incapacité pour un couple à avoir une grossesse après douze mois de rapports sexuels fréquents, complets et réguliers. Elle est primaire lorsque la femme n’a jamais été enceinte et secondaire lorsqu’elle a déjà eu une ou des grossesses auparavant, quel que soit leur mode de terminaison. Exemple chez une femme qui a fait un avortement dans sa vie et après a des difficultés à concevoir, on parlera d’infertilité secondaire. La nuance entre l’infertilité et la stérilité est que la stérilité a un caractère définitif. En d’autres termes, un couple stérile est un couple qui ne pourra jamais avoir de grossesse puis d’enfant au sens biologique bien entendu. Cependant au sein des populations d’ici et d’ailleurs, l’usage des deux termes se confond et il est admis que infertilité est synonyme de stérilité.

Quelle est l’ampleur réelle de l’infertilité du couple ?

C’est vrai, beaucoup de couples sont confrontés au problème d’infertilité. Au Bénin, ce problème a été bien évalué, c’est au moins 20 % des couples qui se forment qui ont des difficultés à avoir une grossesse et à la porter jusqu’à son terme. Et malgré un taux de fécondité élevé (nombre d’enfants par couple), l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) considère que l’infertilité du couple est un véritable problème de santé publique du fait justement de sa fréquence élevée mais aussi à cause de ses conséquences aussi bien sur le couple que sur la famille et la société. Pour la femme notamment, ce sont des conséquences dites psychosociales, elle est stigmatisée, marginalisée et on la traite d’incapable alors même que les responsabilités sont partagées au niveau des causes sur lesquelles je vais revenir.

A quel moment faut-il commencer à s’inquiéter lorsqu’on est en couple et que la grossesse ne vient pas ?

C’est dans la définition que je vous ai donnée. Vous êtes ensemble (homme et femme) depuis un an, les conditions de rapports sexuels sont réunies, et la femme n’arrive pas à concevoir, il faut commencer par s'inquiéter. J’entends aussi par conditions de rapports sexuels la régularité et non des rapports sexuels occasionnels comme c’est le cas par exemple d’un homme qui résiderait à Malanville et sa femme à Cotonou. Vous êtes ensemble depuis un an, vous avez régulièrement des rapports sexuels, sans protection, c’est-à-dire sans préservatif ou autres moyens de contraception, et ce n’est pas des coïts interrompus, et au bout d’un an, la grossesse ne vient pas, il faut consulter. Le délai d’un an sur lequel j’insiste beaucoup découle d’une notion importante qu’on appelle dans notre jargon la fécondabilité qui n’est rien d’autre que la probabilité pour une femme de tomber enceinte au cours d’un cycle menstruel. Elle ne dépasse guère 25 %. Autrement dit, si tout va bien des deux côtés (homme et femme), la chance pour une femme d’être enceinte chaque mois ou plus précisément pendant un cycle menstruel est de 25 %. J’ai aussi insisté sur homme et femme pour souligner que les couples homosexuels (homme et homme ou femme et femme) ne peuvent être intégrés dans la problématique de l’infertilité du couple pour des raisons évidentes.

Quelles sont les causes de l’infertilité ?

Les causes sont nombreuses et variées. Elles relèvent aussi bien de l’homme que de la femme ou des deux à la fois. Pour simplifier en termes de proportions quand dans un couple, la grossesse ne vient pas, dans 30 % des cas c’est la femme qui est en cause, l’homme seul est en cause dans 30 % des cas, et dans 30 % des cas encore, les deux membres du couple présentent des problèmes qu’il faut régler pour leur permettre d’avoir un enfant. Il reste 10 % des cas qu’on appelle les infertilités ou stérilités de cause inexpliquée. Vous allez beau chercher à droite à gauche, tout paraîtra normal chez le couple et pourtant ils n’arriveront jamais à faire d’enfant. Et si vous ajoutez les causes de stérilité (causes définitives), vous aurez au moins 10 % de la population qui ne sera jamais des parents biologiques.
Mais pour bien comprendre les causes de l’infertilité, il faut avoir une idée de comment les choses se passent normalement. A partir de la puberté (les premières règles) jusqu’à la ménopause (disparition définitive des règles), les ovaires de la femme produisent des ovules et secrètent des hormones sous le contrôle du cerveau. Ces hormones sont à leur maximum pendant la période d’ovulation et agissent sur le cerveau pour augmenter la libido (l’envie de faire l’amour) de la femme à ce moment précis. Ces mêmes hormones agissent sur le col de l’utérus pour produire de la glaire de bonne qualité qui va favoriser l’ascension des spermatozoïdes. C’est aussi dans la glaire cervicale que les spermatozoïdes acquièrent leur pouvoir fécondant, c’est-à-dire leur capacité à féconder un ovule. Les hormones vont aussi agir sur l’intérieur de l’utérus (la muqueuse) pour le préparer à accueillir un œuf fécondé. Il faut préciser que la rencontre entre le spermatozoïde et l’ovule a lieu au niveau de la trompe et en cas de fécondation, c’est au bout de 6 à 7 jours que l’œuf va atteindre la cavité utérine pour s’y implanter. En l’absence de fécondation, la partie prévue pour la nidation va être « balayée » sous forme de règles.
Du côté de l’homme, ce sont les testicules qui produisent les spermatozoïdes sous le contrôle du cerveau, et dans la composition du sperme interviennent la prostate et les vésicules séminales. J’ai essayé de faire simple pour dire enfin que les causes de l’infertilité du couple découlent des anomalies de constitution et de fonctionnement de tous les organes génitaux et extra génitaux qui interviennent dans la reproduction dans l’espèce humaine. Et à cela, on devrait ajouter les causes comportementales.

Chez la femme, quelles sont les perturbations qui peuvent empêcher la conception ?

Les causes les plus fréquentes chez la femme sont les anomalies tubaires, c’est-à-dire les anomalies de la trompe. Vous avez certainement entendu parler de trompe bouchée. Ces obstructions de la trompe sont dues aux infections surtout à un microbe qu’on appelle Chlamydiae transmis sexuellement. Quand il infecte la trompe, il la dégrade au point de créer son obstruction. On n’oubliera pas les autres infections sexuellement transmises comme la gonococcie par exemple. Il y a aussi l’endométriose, grande cause de l’infertilité féminine. Elle correspond à la localisation en dehors de sa place normale du tissu qui produit les règles. C’est une maladie extrêmement douloureuse, précisément des règles douloureuses et trop abondantes. Les autres signes sont bien entendu fonction de la localisation anormale de ce tissu.
Le deuxième groupe de causes, c’est les troubles de l’ovulation. C’est des femmes qui n’ovulent pas ou ovulent mal. Et les causes sont nombreuses, soit liées à l’ovaire lui-même comme certains kystes des ovaires, une maladie assez fréquente aujourd’hui que nous appelons syndrome des ovaires micropolykystiques. Il s’agit de patientes qui ont trop d’hormone mâle (testostérone) dans leur sang à cause de l’accumulation d’une mauvaise graisse. Elles ont un cycle très irrégulier et peuvent manquer leurs règles pendant 3 à 6 mois alors même qu’elles ne sont pas enceintes et cela s’accompagne d’une distribution masculine des poils qu’on appelle hirsutisme (barbe, moustache, poils sur la poitrine, etc.). Soit des troubles de l’ovulation en rapport avec des anomalies du cerveau qui ne stimule pas correctement les ovaires. Ici, je pense aussi aux causes psychogènes et aux troubles du comportement alimentaire comme chez des filles qui doivent maigrir pour rentrer dans un certain moule lorsqu’elles envisagent la carrière de mannequin. En clair, la maigreur comme l’obésité sont susceptibles d’empêcher la production d’ovules.
En troisième position, vous avez les causes utérines comme les accolements des parois de l’utérus les unes aux autres appelés synéchies utérines, conséquences des avortements provoqués. On citera aussi les myomes ou fibromes utérins qui, de par leur taille, leur nombre et leur localisation, peuvent être des causes d’infertilité mais tous les myomes n’empêchent pas la conception. Les anomalies de la glaire cervicale aussi, surtout les glaires épaisses, sales ou infectées.
Enfin les causes vaginales, essentiellement certaines infections du vagin qui sont toxiques pour les spermatozoïdes

Qu’en est-il des causes de l’infertilité chez l’homme ?

Toutes les causes de l’infertilité masculine vont se traduire par des anomalies des spermatozoïdes. Il s’agit des anomalies de nombre, de mobilité et de forme. Les causes peuvent être des infections, des malformations, liées à des traitements antérieurs, des tumeurs ; le tout pouvant intéresser l’un ou l’autre des organes qui interviennent dans la reproduction chez l’homme. Ce qui est inquiétant, une étude réalisée à Cotonou a montré que 75 % des jeunes gens entre 25 ans et 30 ans qui ont des difficultés à avoir une grossesse avec leur conjointe présentent des anomalies sévères des spermatozoïdes. Les principales causes incriminées étaient les infections génitales, les expositions aux toxiques, les rayonnements électromagnétiques comme les bornes relais de la téléphonie mobile, le wifi pour ne citer que celles-là. Parmi les causes malformatives dont je vous parlais, il y a des anomalies à l’origine des éjaculations rétrogrades. Le diagnostic est vite évoqué devant un homme qui a l’orgasme au cours d’un rapport sexuel mais qui n’éjacule jamais, puis confirmé par la présence massive de spermatozoïdes dans ses urines émises au décours de l’acte sexuel.
Pour finir avec les causes de l’infertilité du couple, qu’il s’agisse de la femme ou de l’homme, il y a les causes environnementales avec le rôle des perturbateurs endocriniens, les causes comportementales comme les addictions au tabac, à l’alcool et aux drogues. Et certains comportements sexuels bien sûr.
En résumé, les causes sont très nombreuses, rarement uniques, souvent intriquées. Et c’est cela qui rend l’exploration d’un couple infertile difficile, longue, délicate et onéreuse?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2653 fois