Dans le cadre de la deuxième Conférence internationale des ministres de la Santé et des ministres de l’Economie numérique, sur la sécurité des soins en Afrique (Cimsa 2018) qui s’ouvre ce jour, la directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) pour l’Afrique, Dr Moeti Rebecca Matshidiso est arrivée, ce dimanche 17 juin à Cotonou. Elle a été accueillie à sa descente d’avion par le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin.

Plusieurs des hôtes de marque attendus dans le cadre de la deuxième Conférence internationale des ministres de la Santé et des ministres de l’Economie numérique, sur la sécurité des soins en Afrique (Cimsa 2018) ont rallié Cotonou au cours de la journée du dimanche 17 juin. Au nombre de ceux-ci, le docteur Moeti Rebecca Matshidiso, directrice régionale de l’organisation mondiale de la
Santé (Oms) pour l’Afrique.
Dans la brève intervention faite aux médias à sa descente d’avion, la patronne de l’Oms-Afrique a expliqué qu’elle retrouve Cotonou où elle avait été élue à ce poste pour prendre part à la conférence internationale sus-évoquée. « Je viens aussi ici parce que le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé y sera et nous aurons l’opportunité de discuter avec les autorités nationales de la situation sanitaire au Bénin et de ce que l’Oms et d’autres partenaires font pour améliorer la situation sanitaire des populations». Relativement à la Cimsa, elle a soutenu que « La cybersanté est en pleine évolution et il existe de nombreuses opportunités pour utiliser les technologies et améliorer la santé ». «Pour nous à l’Oms, poursuit-elle, nous appuyons les gouvernements à développer leur stratégies et les mettre au service des populations et cela peut aider à contrôler les maladies transmissibles et les épidémies ». L’ambition selon elle, c’est de voir comment la sécurité des soins dans les formations sanitaires peut être améliorée grâce aux technologies de la communication et voir comment éduquer et former les populations et les agents de santé pour développer une aisance de la communication autour de la prise en charge d’un malade. «Si plusieurs ministres sont ici, c’est qu’ils peuvent voir comment travailler dans leurs pays pour appuyer les vœux des gouvernements », a-t-elle aussi soutenu.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1994 fois