Déboussolés, exaspérés après plusieurs démarches administratives pour la poursuite de leur formation et sans activités académiques depuis un mois environ, les étudiants inscrits en odontostomatologie de la Fss organisent un sit-in, ce mardi 8 mai à la Faculté des sciences de la Santé. Ils entendent plaider pour une meilleure formation.

Les étudiants inscrits en odontostomatologie à la Faculté des sciences de la Santé (Fss) vont donner de la voix ce jour pour l’avenir de leur filière. Ouverte à l’année scolaire 2011-2012, l’Unité de formation et de recherche (Ufr) en odontostomatologie serait sans perspectives. Faute de dispositifs techniques et de moyens financiers adéquats et d’enseignants qualifiés, la filière se délite peu à peu au malheur des apprenants. Après six années d’étude, la première promotion n’a toujours pas effectué les travaux et les stages pratiques pourtant indispensables à l’expertise que requiert cette spécialité nouvelle au Bénin. 

 « Nous recevons une formation au rabais avec beaucoup de lacunes et nous avons évolué ainsi d’année en année. Sur les six promotions, les trois dernières ont dû être reversées en Médecine générale et les trois premières promotions qui subsistent dans cette filière ont des retards criants », se désole Christian Goussanou, étudiant en 6e année. Dans ces conditions, les étudiants actuellement en sixième année finiront l’année prochaine sans expertise pratique et sans plateau technique pour exercer. Toutes choses qui amènent à se demander si la filière a été ouverte sur la base d’études préalables et de textes réglementaires. « En se basant sur le programme de formation harmonisée de l’Organisation Ouest-africaine de la Santé (Ooas), des dispositions préalables sont indispensables à la formation adéquate des apprenants de l’Ufr en odontostomatologie. Il s’agit en l’occurrence de la disponibilité sur le territoire national d’enseignants de rang magistral ; la construction et l’équipement des laboratoires devant servir de cadre aux travaux pratiques ; la construction et l’équipement de la Clinique universitaire d’odontostomatologie pour servir de cadre aux stages hospitaliers ; la disponibilité d’une équipe de maintenance pour l’entretien des infrastructures et la mise en place d’une équipe de coordination des activités académiques au sein de l’Ufr… Jusqu’à ce jour aucune de ces ressources n’est disponible et nous évoluons ainsi. Tout porte à croire que l’ouverture de cette filière au Bénin n’est fondée sur aucun texte. D’ailleurs aucune des autorités que nous avons rencontrées, n’a pu nous fournir l’acte portant création de la filière  », se plaint le président de l’association des étudiants en odontostomatologie du Bénin, Oscar Adja.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2625 fois