×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 539

Le Centre hospitalier universitaire de la mère et de l’enfant Lagune (Chu-Mel) assure, depuis peu, son autonomie en matière d’oxygène. Il dispose d’une centrale qui produit plusieurs bouteilles de 7,5 m3 par jour. Un exploit qui met le centre à l’abri des besoins de ce gaz vital.

Une dizaine de bouteilles de 7,5 m3 produites par jour, c’est la capacité de la centrale de production d’oxygène installée dans l’enceinte du Centre hospitalier universitaire de la mère et de l’enfant Lagune (Chu-Mel). Cette petite usine permet depuis quelques mois au Chu-Mel d’être moins dépendant du gaz. « La capacité actuelle de production de la centrale permet d’assurer tous nos besoins en matière d’oxygène », a déclaré Thomas d’Aquin Zangounon, directeur général du Chu-Mel. Selon lui, pour que la production soit encore plus avantageuse, il faudrait que le gaz passe facilement par un réseau de distribution adapté. Ce qui, à l’en croire, permet de limiter les risques et d’éviter les fuites.
Selon Magloire Chabi, chef service maintenance du Chu-Mel, la centrale produit dix bouteilles quotidiennement si d’autres aléas ne viennent perturber son fonctionnement. Les aléas auxquels il fait allusion sont, entre autres, les coupures intempestives et l’humidité parfois plus poussée de l’air ambiant. Dans le dernier cas, l’air resté plus humide ralentit le fonctionnement de la centrale. L’exploitation de cette centrale a commencé depuis janvier 2017. Selon Magloire Chabi, cette exploitation est venue résoudre de nombreux problèmes liés au manque du gaz précieux.
Mais le Chu-Mel n’est pas encore totalement à l’abri du besoin en matière d’oxygène. Il y a des périodes de crue où le besoin devient plus fort, selon le chef service maintenance du Chu-Mel, et où le stock ne suffit plus. Il y a aussi d’autres situations qui font que la centrale cesse de fonctionner. « Nous arrêtons le fonctionnement de la centrale pour procéder à la maintenance des installations. Ces situations nous obligent à nous approvisionner chez d’autres fournisseurs, mais c’est souvent sur une courte durée », confie-t-il. Pour lui, il est conseillé de faire assez de stock dans ces situations, parce que l’oxygène est vital pour certains soins. Il confirme que cette politique de stockage en abondance est bien assurée par les autorités du Chu-Mel. Il souhaite que, dans les prochains mois, le Centre hospitalier universitaire de la mère et de l’enfant Lagune achève le processus de son autonomisation en matière d’oxygène, d’électricité et d’eau.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 4232 fois