Communément appelée oreillons, la parotidite est une maladie infectieuse qui touche les enfants. Quoique rare de nos jours, cette maladie peut être évitée grâce à la vaccination systématique et complète des enfants.

Tout commence généralement par un grossissement de la joue assorti de douleurs et parfois de fièvre. Ces plaintes de l’enfant font penser tout de suite aux oreillons. Il s’agit d’une inflammation de la glande parotide appelée parotidite qui touche d’abord un seul côté puis les deux. Elle se traduit par une tuméfaction douloureuse de la joue. Ces signes peuvent être accompagnés d’une fièvre modérée et des douleurs des oreilles.Dans certains cas, la maladie est asymptomatique, ce qui signifie que le patient ne présente pas de symptôme.
A en croire le docteur Ginette Nago, otorhinolaryngologiste à Cotonou, ''oreillons'' est une ancienne appellation de l’inflammation de la glande salivaire appelée parotide. Causée par un virus, « la parotidite se raréfie de nos jours grâce à la vaccination », se réjouit-elle. Elle est considérée comme une maladie de l’enfant et cela se justifie, selon le Dr Nago, par le fait que pendant cette période de la vie, l’immunité n’est pas encore bien constituée et l’enfant se trouve plus exposé aux infections.
Cependant, nuance la spécialiste ORL, «Le fait que la parotide grossisse et fasse mal ne signifie pas forcément qu’il s’agit des oreillons ». Il peut s’agir aussi de calculs ou de lithiases salivaires qui sont de petits cailloux qui se forment, bloquent le passage de la salive et qui peuvent faire mal et faire grossir la parotide. Ces signes peuvent également faire penser à une tumeur, précise-t-elle.
La parotidite est une maladie qui se soigne très bien, rassure-t-elle. La majorité des enfants qui ont bien suivi leur calendrier vaccinal ne font pas cette maladie. Certains chercheurs soutiennent que l'infection donne une immunité solide. Ce qui signifie qu’on ne fait la maladie qu'une seule fois dans sa vie. Tout en confirmant cette thèse, Dr Nago se montre prudente, « En principe, lorsqu’on fait la maladie, on développe des anticorps qui immunisent contre cette maladie; donc il y a une immunité qui s’installe effectivement et on n’est pas censé faire une deuxième fois la maladie ». Mais attention, s’inquiète-t-elle, « Aujourd’hui, on constate une recrudescence des maladies qu’on est censé ne pas faire deux fois comme la varicelle ».
Pour certains spécialistes, le virus des oreillons ne touche pas que les parotides, il se loge également dans le pancréas, les testicules et le système nerveux. C’est dire que les oreillons pourraient être une source de stérilité chez les hommes. Sur ce point, Dr Nago souhaite qu’il y ait davantage d’études pour confirmer ou infirmer une telle thèse. En attendant, il conseille la vaccination systématique et complète comme moyen de prévenir la survenue d’une parotidite chez l’enfant.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3663 fois