Plus rien ne sera comme avant dans le secteur des faux médicaments. L'Assemblée nationale a autorisé ce jeudi 19 juin, le gouvernement à ratifier la convention internationale Medicrime.

Cette ratification va contribuer de façon significative à lutter contre la criminalité relative à la contrefaçon des produits médicaux et à remédier aux conséquences désastreuses du trafic et de la vente illicite des faux médicaments sur l'économie, le social et la santé publique. L'avènement de la convention Medicrime va permettre d'assurer une bonne santé à la population béninoise et de renforcer les instruments juridiques de coopération dans la lutte et la répression des différents formes de contrefaçon de produits pharmaceutiques qui sont à l'origine de plusieurs maux dont les insuffisances rénales, les cas de décès, les résistances médicamenteuses et la toxicomanie.

Mais avant de donner leur quitus au gouvernement pour la ratification de cette convention composée de 33 articles, les députés ont insisté sur l'efficacité de la lutte contre la criminalité pharmaceutique, que celle-ci soit accompagnée d'un certain nombre de mesures notamment le rapprochement des officines pharmaceutiques et leur accessibilité économique aux populations. Le dossier a été défendu par le ministre de la Santé , Alassane Séidou qui a expliqué les mesures en cours au niveau du gouvernement pour rendre disponibles dans les coins les plus reculés les produits pharmaceutiques génériques.  

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Lu 4664 fois