Dans le cadre des activités devant meubler la journée mondiale de la préservation de la couche d’ozone prévue pour ce jour le secrétaire général adjoint du ministère du Cadre de vie, Jean Charles Gnonhoué, a procédé, jeudi 15 septembre au lancement de l’atelier de mise en œuvre du processus d’installation de l’Association nationale de froid et de climatisation. C’était en présence du directeur général de l’Environnement, Martin Pépin Aïna, des cadres et acteurs privés du secteur.

Amener les techniciens de froid et de climatisation à jouer leur partition par l’adoption de bonnes pratiques dans l’exercice de leur métier. Tel est, selon Martin Pépin Aïna, le but que vise l’atelier d’installation de l’Association nationale de froid et de climatisation. Pour lui, la mise en place de ladite association permettra de mieux sécuriser les interventions des techniciens sur les équipements grâce au renforcement des capacités, à l’information et à la formation des acteurs du secteur. Il importe de rappeler que l’atelier intervient aussi à la veille de la commémoration de la journée mondiale de la préservation de la couche d’ozone dont le thème est :« L’ozone et le climat restaurés grâce à un monde uni ».

Pour Martin Pépin Aïna, le Bénin partie à la Convention de Vienne et au Protocole de Montréal sur les substances appauvrissant la couche d’ozone doit respecter les engagements pris dans le secteur.
Ce que confirme Jean Charles Gnonhoué, secrétaire général adjoint du ministère du Cadre de vie et du Développement durable. C’est dans cette optiquequ’il relève que tous, techniciens et acteurs à tous les niveaux doivent conjuguer les efforts pour contribuer à l’appropriation des techniques d’entretien et de maintenance des équipements de froid et de climatisation de nouvelle génération. « La maitrise de ces nouvelles technologies dans le domaine du froid et climatisation pourrait permettre d’améliorer vos prestations de service et de vous positionner comme des acteurs incontournables pour le développement économique de notre pays mais aussi pour la protection de l’environnement », avise Jean Charles Gnonhoué qui nourrit l’espoir que le Bénin redore son blason en exportant des techniciens de froid et climatisation dans la région.
La conviction du secrétaire général adjoint du ministère du Cadre de vie est que la mise en place de cette association demeure la seule solution pour la plupart des problèmes auxquels sont confrontés les techniciens de froid et climatisation; notamment la concurrence déloyale, le manque d’emplois et l’inexistence d’équipements. Ainsi, justifie Jean Charles Gnonhoué, pour maîtriser l’utilisation des gaz qui remplaceront les R410a, R404a et R407c,hydrofluorocarbones favorisant le réchauffement climatique, il faut en face de l’Etat, un interlocuteur valable, capable de faire part des différentes doléances ; ce qui montre selon lui, la nécessité de l’existence du creuset en cours de formation.
L’année 2030 représente, développe le secrétaire général adjoint du ministère, l’échéance fixée par le Protocole de Montréal pour l’élimination complète des hydrofluorocarbones communément appelés fréons 22. D’où, relève-t-il, l’importance particulière de la mise en place d’une pareille association, garante de la compétitivité et de l’avenir des techniciens de froid et climatisation. C’est pourquoi il a exhorté les participants à jeter les bases d’une association durable pour les compatriotes et le développement économique du pays.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 5171 fois
Tags:
  • ,