Dans ses activités de mise à disposition d’une eau de qualité et en quantité suffisante aux populations des villes, la Société nationale des eaux du Bénin déploie des efforts. Honorat Gbondjinon, directeur de la Planification et des études a présenté mardi 20 janvier dernier, une communication intitulée "Programme sectoriel eau potable et assainissement des eaux usées en milieu urbain et péri-urbain 2015-2025". C’était lors du lancement du projet de renforcement du système d’Alimentation en eau potable de la ville de Cotonou et ses agglomérations.

«D’importants efforts d’amélioration restent encore à faire au plan de la couverture des besoins en eau potable et en assainissement », a indiqué Honorat Gbondjinon de la Société nationale des eaux du Bénin (SONEB). Il a néanmoins précisé que le taux de desserte en alimentation en eau potable est à près de 72% en 2014 et que celui de l’assainissement était de l’ordre de 10%.

Pour le directeur de la Planification et des études de la SONEB, les défis actuels visent à assurer l’alimentation en eau potable (AEP) pour au moins 90% de la population à l’horizon 2025, à garantir la pérennité et la continuité du service d’eau potable et d’assainissement dans les centres urbains et secondaires, pratiquer une politique tarifaire adéquate. Il y a également, poursuit-il, à mettre en place de nouvelles stations de traitement des boues de vidange et des réseaux d’eaux usées semi collectifs dans les zones où cela est possible.
Globalement, a retenu Honorat Gbondjinon, le plan prévisionnel de développement de l’entreprise, la stratégie de l’assainissement des eaux usées en milieu urbain et péri-urbain et le modèle financier forment entre autres les outils sur lesquels sont basés l’alimentation en eau potable et l’assainissement en milieux urbain et péri-urbain.
Selon le directeur de la planification et des études de la SONEB, le programme AEPA vise la pérennisation des acquis des Objectifs de développement durable et la mise en œuvre effective des activités programmées dans les plans directeurs d’assainissement des eaux usées. Il ambitionne également d’assurer l’approvisionnement en eau potable de façon durable à 5 millions de personnes vivant en zones urbaines et péri-urbaines, soit un taux de desserte de l’ordre de 90% à l’horizon 2025 et d’assurer la desserte des populations en système d’assainissement des eaux usées, répondant aux normes d’hygiène et environnementale pour au moins 90% de la population desservie en eau potable en 2025.
Le directeur de la Planification et des études de la SONEB a déclaré que le programme prévoit une augmentation de la production d’eau pour satisfaire les besoins estimés à 18 2000 m3/jour par l’extension des stations existantes et l’allongement des réseaux (7000km sont projetés) et 200.000 branchements additionnels étant projetés.
Pour Honorat Gbondjinon, dans le cadre de l’assainissement, il est prévu la réalisation des plans directeurs d’assainissement dans les villes secondaires, la réalisation d’une étude tarifaire relative à l’assainissement des eaux usées, la construction des stations de traitements de boues de vidange et la réalisation des travaux de première tranche définis par les plans directeurs d’assainissement des villes de Cotonou, Abomey-Calavi, Sèmè-Podji, Porto-Novo et Parakou.
D’autres actions sont prévues, selon Honorat Gbondjinon, pour mener à bien le projet d’alimentation en eau potable et assainissement de Cotonou, des villes qui l’entourent et de Parakou évalué à 200 milliards de nos francs.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 5542 fois
Tags:
  • ,