Les populations de Cotonou et environs sont invitées du 19 janvier au 23 février à prendre part à une grande campagne de salubrité. Il s’agit d’une opération visant à leur permettre de se débarrasser de leurs déchets électriques et électroniques. Le lancement officiel de ladite campagne a eu lieu le lundi 19 janvier dernier sur l’esplanade du stade de l’Amitié.

Eu égard à leur dangerosité du fait de certains de leurs composants, les déchets électriques et électroniques encore appelés e-déchets ont besoin d’être traités avec soins et précautions. Mais ce n’est pas toujours le cas avec certaines populations et ouvriers qui les stockent sur une longue durée, et surtout sans se soucier des mesures à prendre à cet effet. Or, ces déchets électroniques peuvent contenir des matières toxiques comme le mercure ou le plomb, selon les explications données à l’occasion du lancement de la campagne de collecte desdits déchets. Sont concernés par cette opération, les vieux téléphones portables et même filaires, les chargeurs, les radios, les ordinateurs, les télévisions, les batteries, les fours à micro-ondes… qui sont hors service ou non utilisés. A vrai dire, il s’agit de toute matière fonctionnant sur la base d’une pile ou d’un fil électrique.

Ainsi, du 19 janvier au 23 février, un conteneur de 20 pieds a été ouvert au stade de l’amitié de Cotonou pour accueillir les populations et recevoir d’eux ces déchets qui suivront ensuite un processus de recyclage conformément aux exigences environnementales. Mais l’opération se déroule également au niveau des agences de la société de téléphonie mobile MTN Bénin sur toute l’étendue du territoire national.
A la fin de la campagne, les e-déchets collectés seront convoyés vers le Ghana puis vers l’Afrique du Sud pour le recyclage et au besoin la réutilisation des matières comme l’aluminium, le cuivre, l’or, l’argent, les plastiques et les métaux. Cette initiative qui émane de la société Ericsson a été surtout saluée par la vice-présidente de l’Autorité de Régulation des Communications électroniques et de la Poste (ARCEP), Sofiath Onifadé. Pour elle en effet, le risque présenté par les e-déchets est tel que les autorités en charge du secteur de la télécommunication s’y penchent sérieusement. La campagne de collecte qui vient de débuter n’est donc pour elle qu’un prélude à ce qui se fera plus tard et entre en droite ligne avec les objectifs de l’ARCEP, soutient-elle. Pour rappel, le volume des e-déchets, selon certaines estimations, a atteint «49,9 millions en 2012 et on prévoit une hausse de 33% d’ici 2017».

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 5715 fois
Tags:
  • ,