Le Bénin prépare sa participation à la 24e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (Cop) 24. Un atelier ouvert hier mardi à Cotonou est consacré à l’appropriation des sujets à débattre pour dégager les priorités du pays que l’équipe de négociateurs ira défendre.

Par l’entremise d’un atelier de trois jours, les délégués du Bénin à la Cop 24 s’approprient les outils pour défendre la position du pays. Cet atelier baptisé pré-Cop est le cadre à travers lequel les questions à débattre en décembre prochain en Pologne sont évoquées et les stratégies pour mieux faire entendre le Bénin seront définies.
Jeanne Acatcha Akoha, directrice de cabinet du ministre du Cadre de vie et du Développement durable, a exprimé sa volonté de voir le Bénin préparer convenablement sa participation à la Cop 24. Elle a souhaité une appropriation des points à discuter et des stratégies aux fins de tenir la promesse du chef de l’État.
À Marrakech lors de la Cop 22, le Bénin a, en effet, manifesté sa volonté d’abriter un centre de recherche agricole sur les changements climatiques. Cette ambition, souligne-t-elle, est renforcée par le dernier rapport du Groupe intergouvernemental des experts sur le Changement climatique (Giec). Le document publié en octobre dernier énonce que la santé, la sécurité alimentaire, l’approvisionnement en eau, la sécurité humaine, etc. sont menacés.
Les simulations du Giec, a précisé Jeanne Acatcha Akoha, sont alarmantes. C’est pourquoi elle estime qu’il y a nécessité pour tous les pays d’adopter une transition systémique rapide et de grande envergure dans les systèmes énergétiques, urbains, industriels.

Dégager et défendre les priorités du Bénin

À la Cop 24 pour laquelle le Bénin se prépare, les négociations porteront sur les règles d’exécution de l’Accord de Paris, le lancement du processus de relèvement du niveau d’ambition et le financement climatique. Sur ce dernier point, un accord doit être obtenu au terme de la Conférence de Katowice en Pologne, informe Adama Bocar Sako, représentant résident adjoint du Pnud au Bénin.
Pour lui, cette pré-Cop devrait outiller les négociateurs du
Bénin à prendre en compte les préoccupations du pays. Ils devront, par ailleurs, s’approprier les positions africaines et des pays les moins avancés durant la Conférence de Katowice.
À cet effet, l’atelier permet aux participants de mieux comprendre les processus de négociations sur les changements climatiques. Les échanges à travers des présentations doivent permettre de comprendre et d’analyser les positions des différents groupes de négociation en présence. Ainsi, les priorités du pays dans ces négociations seront dégagées pour être défendues.
Pour finir, une bonne équipe de négociation sera dégagée avec un partage des responsabilités.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3557 fois