Ouverte lundi 27 août dernier, la neuvième édition du festival Adjra a pris fin, dimanche 2 septembre dernier à Sè, dans le Mono, par un géant spectacle de musique traditionnelle. Tête d’affiche, le roi du Zinli rénové, Alèkpéhanhou, a émerveillé plus d’un.

Le public du festival Adjra, édition 2018, a eu droit dans la nuit du 1er au 2 septembre dernier à Sè, dans la commune de Houéyogbé, à un spectacle de belle facture dénommé « La nuit des trophées ». Tête d’affiche du festival, le roi du zinli rénové, Michel Loucou dit Alèkpéhanhou a presté pendant environ deux heures d’horloge. Aux personnalités et mélomanes, il a fait savourer quelques tubes de sa discographie riche de quarante albums et d’une dizaine de VCD.
Enseignant de formation, le roi Alèkpéhanhou qui a préféré éduquer désormais à travers la musique, a distillé des allégories instructives sur des sonorités de son zinli, synchronisées aux pas de danses de l’aire culturelle fon. Ses chorégraphes en ont emprunté aussi à la danse tipenti du septentrion, telle une illustration de la vision du festival Adjra dédié à la promotion des rythmes endogènes du Bénin et d’ailleurs. Artiste prolifique doté d’un grand talent d’improvisation, il a émerveillé le public et salué par des ovations nourries et surtout une ‘’pluie’’ de billets de banques.
Sur Eric Tossou alias Eric Thom’Son et son équipe de l’association Art et Développement initiatrice du festival, sont invoqués des bénédictions divines et l’accompagnement de tous afin que Adjra perdure au-delà de sa neuvième édition et réussisse ses ambitions de s’internationaliser. Ils ont eu droit également aux chansons de reconnaissance de leurs efforts pour la régularité du festival et les diligences assurées au profit des artistes invités sur le festival.
Le public s’en est délecté, malgré l’heure avancée. Entièrement conquis par le roi, il a fallu l’intervention d’Eric Thom’Son pour libérer le public. Alèkpéhanhou et son zinli rénové ne descendront du podium qu’aux environs de 2 h (dimanche 2 septembre dernier) en laissant graver dans des mémoires l’édition 2018 du festival Adjra.
Cet heureux épilogue n’est pas écrit uniquement par l’icône de la musique traditionnelle. Avant Alèkpéhanhou, une série d’artistes dont Aline D, la reine du rythme goumbé, spécialité de Dassa, a ouvert le bal de l’apothéose. Le festival Adjra auquel l’image du roi Alèkpéhanhou est associée depuis plusieurs jours sur de géantes affiches publicitaires posées le long de la route Comé – Lokossa, a été meublé aussi de plusieurs autres spectacles donnés à la gare routière de Sè. Dans le cadre du festival, plusieurs communications ont été animées sur les thèmes « Création et développement d’un décor de spectacle vivant », « Traitement et mixage de son sur un spectacle live », « Les nouvelles orientations du Fonds des arts et de la culture ».

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2163 fois