Les manifestations officielles de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la désertification, édition 2018, ont eu lieu à Agounan dans la commune Djidja, dimanche 17 juin dernier. Elle a mobilisé les divers acteurs intervenant dans le secteur autour des responsables du ministère de Cadre de vie et du Développement durable.

La Journée mondiale de lutte contre la désertification édition 2018 a été célébrée, dimanche dernier, sur le thème « La terre a une vraie valeur. Investissez-y ». Cet appel sonne une fois encore comme un avertissement face à la dégradation que subit la terre du fait des hommes.
Les manifestations officielles qui ont lieu à Agouna ont connu la participation du préfet du Zou, Firmin Kouton, et du maire de Djidja, Théophile Dako. L’accent a été mis à l’occasion sur la gestion durable des terres afin d’aller vers une économie verte tout en procurant des ressources aux communautés. A travers ce thème, c’est une interpellation de tous les acteurs impliqués, notamment les producteurs, les consommateurs et les décideurs, à faire la différence en investissant dans l'avenir de la terre.
Au cours de ces manifestations, les responsables présents ont rappelé que le Bénin est aussi confronté au phénomène de la désertification. Un problème qui affecte la sécurité écologique, l’élimination de la pauvreté, la stabilité socioéconomique et le développement durable. Les populations démunies qui vivent dans les zones arides sont aux prises avec des difficultés multiples telles que la perte de revenus, l’insécurité alimentaire, la détérioration de la santé et la précarité des régimes fonciers. Elles sont souvent forcées de migrer vers des zones qui ne sont pas touchées par la désertification dans l’espoir de trouver une vie meilleure. Les campagnes de sensibilisation permettent l'atteinte des objectifs de développement durable adoptés en septembre dernier. L’une des cibles de ces derniers consiste à « atteindre d’ici à 2030 un monde neutre en termes de dégradation des terres », en un mot un monde où la quantité des terres remises en état serait égale ou supérieure à celle des terres dégradées chaque année.
La directrice de cabinet du ministre du Cadre de vie et du Développement durable, Jeanne Josette Akoha Akacha, fait observer que le gouvernement accorde une attention particulière aux conditions de vie des populations. Et pour efficacement faire face à ce fléau, avec le soutien des partenaires techniques et financiers, il a mis en place depuis quelques années des programmes de lutte conduisant à des actions efficaces. Des actions qui ont pour objectifs, entre autres, la restauration des terres dégradées, la prévention de la dégradation des sols, la production de vivriers en contre-saison, la lutte contre les feux de brousse, la sensibilisation.
A l’issue de la célébration, plusieurs éco-citoyens ont été distingués pour leurs comportements visant à protéger l’environnement. Puis, pour donner le bon exemple de lutte contre la désertification 5000 plants ont été mis en terre à Agouna sur une superficie de 2 hectares?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1756 fois