Le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, José Didier Tonato, a présidé, ce mardi 5 juin, à la plage de Fidjrossè, la cérémonie marquant la commémoration de la quarante-quatrième Journée mondiale de l’environnement. Elle a été marquée par une séance de reboisement interforces, sous l’égide du chef d’état-major-général des Armées, Laurent Amoussou.

« Utilisons les sachets réutilisables ou biodégradables ! » C’est l’appel lancé, ce mardi 5 juin, à la plage de Fidjrossè, appel lisible sur les banderoles, à l’occasion de la célébration de la quarante-quatrième journée mondiale de l’environnement.
Modeste Toboula, préfet du Littoral, a déploré, à cette occasion, l’absence des élus locaux à la cérémonie. Il souligne que le prix du développement durable est au bout des efforts quotidiens. Pour lui, le défi du ministère du Cadre de vie et du Développement durable requiert de poser des actes forts et significatifs. « Nous sommes enclins à développer nos efforts afin que l’utilisation des sachets plastiques soit prohibée. Bientôt, je vais prendre mes responsabilités », a annoncé le préfet du Littoral, affirmant son engagement de faire en sorte qu’il n’y ait plus de sachets non biodégradables à Cotonou.
Il a salué les efforts des cadres du ministère en charge du Développement durable et ceux des partenaires techniques et financiers, notamment du Pnud qui s’échinent pour donner des ressources en vue du maintien d’un cadre de vie sain.
Le représentant résident adjoint du Pnud près du Bénin, Adama Bocar Soko, relève que l’institution de la Journée mondiale de l’environnement contribue à assurer le bien-être sur la terre et celui de l’humanité. Elle porte, selon lui, sur un thème qui est d’actualité, chaque pays prenant exemple sur le thème retenu pour la célébration dans un pays hôte. Saluant les efforts faits par le Bénin dans le cadre de la lutte contre la pollution, notamment lors des contrôles périodiques de gaz d’échappement, il a souhaité que le Bénin continue de demeurer « le pays le moins pollué et le moins polluant ».
Le général des Armées Laurent Amoussou, chef d’état-major général, saisit l’occasion pour saluer l’engouement créé depuis le lancement de la campagne de reboisement. « Pour que le développement soit véritablement durable, cela requiert la contribution de tous. Nous nous engageons dans cette action avec autant d’énergie », a promis le général. La sécurité environnementale semble plus importante, a-t-il poursuivi, car perdre cette bataille, c’est perdre la bataille pour la vie. Les Forces armées en sont conscientes, reconnaît le général, et se sont mises ensemble avec les autres composantes des forces de défense et de sécurité pour planter des arbres. Il s’agit, explique le général, de rendre nos plages plus propres, surtout que l’Exécutif a fait l’option de la valorisation du tourisme dans le programme d’actions du gouvernement. « Les Forces armées sont réconfortées dans cet engagement constructif pour planter des cocotiers et se lancer dans la lutte contre les sachets plastiques », a-t-il affirmé, lançant un appel à toutes les unités pour planter des arbres. Car il s’agit de construire un Bénin plus vert débarrassé des sachets plastiques pour lui assurer une sécurité environnementale, gage d’un développement durable, a-t-il insisté.
Le groupement de femmes «Gnonnou Agodjié», une Ong internationale, a présenté un sketch qui déplore les pratiques nuisibles à la santé et à l’environnement qui consistent à mettre la nourriture chaude dans les sachets. La même scène exhorte à cultiver beaucoup de manioc pour garantir la fabrication des sachets biodégradables. Un sketch qui a fait non seulement marrer mais aussi conscientisé l’assistance. « Dans quelques mois, nous nous lançons le défi de voir disparaître le sachet dans nos vies », s’est réjoui le ministre en charge du Cadre de vie. Car pour lui, la quarante-quatrième Journée mondiale pour l’environnement évoque une problématique qui impacte négativement nos écosystèmes, car l’accoutumance aux matières plastiques constitue une menace réelle aux milieux environnementaux et à l’espèce humaine. Il a invité à explorer des alternatives et à proposer des éléments inclusifs. « L’arbre, c’est la vie et nous sommes fiers d’accomplir cette action avec vous ; cela témoigne de votre engagement dans la confiance et la fidélité », relève le ministre José Didier Tonato. L’objectif est de sortir le sachet du cadre de vie pour gagner en santé et en qualité de vie, a-t-il indiqué.
Le reboisement inter-forces s’étend sur un domaine sablonneux de 2,5 ha qui sera planté de 695 cocotiers, avec du terreau et un espacement, selon Séverin N’Sia, directeur général des Eaux, Forêts et Chasse.
Martin Pépin Aïna, directeur général de l’Environnement et du Climat, a annoncé le lancement d’une caravane en instance de démarrage, pour le retrait des sachets plastiques à travers la ville, contre un sachet biodégradable et un sac en tissu.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2169 fois