Le département de l’Ouémé n’est pas resté en marge de la célébration de la trente-quatrième édition de la Journée nationale de l’arbre commémorée vendredi 1er juin dernier. Les manifestations officielles au niveau départemental, placées sous l’égide du préfet Joachim Apithy entouré des membres de la Conférence administrative du département, se sont déroulées dans la commune de Bonou où 2500 plants de teck et d’acacia ont été mis en terre sur un site 2 hectares.

La commune de Bonou, précisément le village d’Adido situé dans l’arrondissement de Hounviguè a été le point de mobilisation, vendredi 1er juin dernier, des autorités communales de Bonou et sur préfet de l’Ouémé pour la célébration de la trente-quatrième édition de la Journée nationale de l’arbre. C’est la première fois que cette commune accueille, depuis son histoire, cette célébration instituée en 1985.

Au total, 2500 plants d’espèces de teck et d’acacia ont été mis en terre sur un site de deux hectares aménagé à cet effet par le conseil communal.
Lançant la campagne de reboisement, le préfet Joachim Apithy est revenu sur les deux principaux objectifs de l’institutionnalisation de cette journée. Le premier, rappelle-t-il, est de permettre de compenser un tant soit peu la destruction du couvert végétal, de favoriser à long terme la satisfaction des besoins des populations en produits forestiers et de promouvoir le reboisement. La célébration de cette journée vise également à éduquer la population à la sylviculture et à la gestion durable des ressources forestières. C’est ce qui justifie depuis 1985 les différents efforts du gouvernement, des partenaires techniques et financiers ainsi que des acteurs du privé dans ce domaine. Ce combat a tout son sens au regard du rôle important que joue l’arbre dans la vie de l’homme, insiste Joachim Apithy. L’arbre stoppe le carbone, protège l’eau et les nuisances sonores. Il purifie, ajoute-t-il, l’air en captant les polluants et les fines particules qui s’y trouvent. L’arbre fournit les habitats, la nourriture et constitue une source de matière première pour les acteurs de la médecine traditionnelle. Toutes choses qui, selon Joachim Apithy, témoigne l’intérêt du thème de cette édition à savoir : « Arbre, économie verte et villes durables ». Le préfet a démontré le lien étroit entre l’arbre et l’économie verte d’une part, et l’arbre et la ville durable d’autre part pour attirer l’attention de la population du département en général et de Bonou en particulier, sur la nécessité de renforcer le couvert végétal par le reboisement et de protéger l’environnement. Joachim Apithy s’est dit déçu du bilan d’évaluation de l’édition 2017 de cette journée au niveau des neuf communes de l’Ouémé. En effet, sur les 18 176 plants mis en terre sur une superficie de 5,48 hectares étendue sur 36 km, le tableau d’évaluation affiche un bilan de près de 23 % de taux global de mortalité. Ce chiffre relance la problématique de l’entretien des plants mis en terre pour leur survie. Mais il a été rassuré par le maire de Bonou, Julien Afohounha qui a rassuré de la détermination de son conseil communal pour capitaliser l’œuvre accomplie. Laquelle vient renforcer, à l’en croire, les efforts que mène l’équipe communale dans le domaine de reboisement avec l’appui des partenaires techniques et financiers pour l’atteinte des Objectifs pour le développement durable (Odd) numéros 3, 11, 12, 13 et 15 qui met l’arbre, l’économie verte et ville durable au cœur d’une dynamique sectorielle.
Le maire Julien Afohounha garantit la survie des plants de teck et d’acacia reboisés. Toutes les dispositions sont déjà prises à cet effet pour entretenir les jeunes plants mis en terre pour le bonheur de la population de Bonou, au nom de qui, il remercie le préfet de l’Ouémé et tous les autres acteurs qui ont travaillé pour le choix de la ville pour abriter la phase départementale de cette campagne nationale de reboisement.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1577 fois