Dans le cadre du Projet d’appui scientifique au processus de plans nationaux d’adaptation du Bénin (Pas-Pna), les études de vulnérabilité aux changements climatiques dans les secteurs de l’agriculture, de l’eau et de la santé sont lancées. C’était à travers un atelier de deux jours dont les travaux ont démarré, ce jeudi 15 mars à Cotonou, sous la houlette du ministre du Cadre de vie et du Développement durable, José Tonato.

Les effets des changements climatiques sur la vie des populations aujourd’hui deviennent de plus en plus préoccupants. Et en la matière, le gouvernement met tout en œuvre pour trouver des solutions devant atténuer ces effets. C’est ainsi qu’il a été élaboré le Projet d’appui scientifique au processus de plans nationaux d’adaptation du Bénin (Pas-Pna). Dans le cadre de ce projet, il a été lancé les études de vulnérabilité aux changements climatiques dans les secteurs de l’agriculture, de l’eau et de la santé. C’était à la faveur d’un atelier dont l’objectif est de définir le cadre organisationnel desdites études. 

A la cérémonie d’ouverture de l’atelier de lancement de ces études hier, le directeur du Centre de partenariat, d’expertise et du développement durable (Ceped), Assane Séibou, a déclaré qu’il ne suffit pas de connaître les effets des changements climatiques pour dire que tout est fini ; il faut pouvoir formuler des solutions qui correspondent à ces effets. Il se réjouit de la présence à cet atelier des professeurs d’université comme Michel Boko et d’autres qui sont des spécialistes en la matière.
Le représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement, Siaka Coulibaly, coordonnateur résident du Système des Nations Unies au Bénin souligne que, dans le cadre de l’appui à ce projet, il y a une collaboration entre les partenaires techniques et financiers. Une collaboration sous le leadership éclairé du ministre d’Etat, chargé du Plan et du Développement qui favorise les interventions. Après avoir cité les secteurs dans lesquels le Pnud intervient déjà dans le cadre des études de vulnérabilité, il indique que le Pas-Pna s’inscrit parfaitement dans le cadre du Programme d’action du gouvernement.
S’inscrivant dans la même logique que le représentant résident du Pnud, le représentant de l’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne près le Bénin, Günter Sohr, indique que le danger des changements climatiques a amené les gouvernements à adopter des plans nationaux d’adaptation. Le Bénin, apprécie-t-il, a fait des progrès en la matière. Mais, il reste, selon lui, beaucoup de choses à connaître des changements climatiques. C’est pourquoi, il a salué la mise en place du Pas-Pna.
En lançant les travaux de l’atelier, le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, José Tonato, a souligné que l’intégration des changements climatiques dans la planification du développement devient une nécessité. Le processus d’adaptation mis en place, selon lui, cadre bien avec le Programme d’action du gouvernement. Il dit attendre de ces études des résultats probants pour atténuer les effets des changements climatiques au Bénin.
Il faut rappeler que le Pas-Pna est un projet qui intervient dans dix-huit communes du Bénin et qui a quatre composantes. Il s’agit du renforcement du cadre de gouvernance, du renforcement de la capacité scientifique, de la facilité d’accès au financement et du réseau d’échangen

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 3351 fois