L’année 2017 a été marquée par la mise en route de plusieurs projets et réformes conçus pour assainir l’environnement. Au plan national, le gouvernement a initié, entre autres, le projet de modernisation des déchets solides et ménagers. Le vote de la loi sur l’usage des sachets plastiques et la participation du Bénin à la Cop 23 ont été également des éléments marquants de la gestion de l’environnement.

Les sachets plastiques sont ancrés dans le quotidien des citoyens pour leurs nombreuses utilités mais au même moment, elles polluent l’environnement. Ce qui a conduit à l’initiation d’une loi sur lesdits sachets. Le chemin a été long, puisqu’une pétition et bien d’autres actions ont abouti en 2017 au vote de la loi sur l’interdiction desdits sachets. Cela constitue une grande avancée sur le chemin de la lutte pour une meilleure gestion de l’environnement. Il est à souhaiter que les décrets d’application et autres arrêtés concourent à l’élimination sensible, voire définitive des sachets plastiques.
Un projet de modernisation de la gestion des déchets solides ménagers dans le Grand Nokoué a été récemment présenté par Jean Claude Grisoni, expert en mobilisation de ressources et structuration de projets. Il vise principalement l’amélioration durable des conditions de vie des habitants à travers une filière de collecte, de traitement et de valorisation des déchets. Plus spécifiquement, il s’agit d’atteindre un taux de collecte de 90 % à 7 ans dont 60 % de déchets valorisés, pour un coût global estimatif de 93,190 milliards de F Cfa. Une rencontre d’échanges sur le sujet a récemment mobilisé le gouvernement et les maires des principales villes partenaires du projet.
Les maires Charlemagne Honfo de Sèmè-Podji, Emmanuel Zossou de Porto-Novo, Georges Bada d’Abomey-Calavi, Isidore Gnonlonfoun de Cotonou et Célestine Adjanohoun ont tous réitéré leur adhésion aux projets du Grand Nokoué qui valorisent et confèrent un nouveau visage à leurs villes respectives. Ils plaident pour que le gouvernement accélère la réalisation des infrastructures et mieux mobilisent les financements requis pour l’amélioration effective des conditions de vie des Béninois et Béninoises, preuve de la réalisation du Programme d’action du gouvernement.

Hors de nos frontières...

Le Bénin a pris une part active au sommet de Bonn en Allemagne consacré à la XXIIIe conférence des Etats-parties sur les changements climatiques. Chaque composante de la délégation dans son secteur a défendu la position du Bénin relative à la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur le climat.
La société civile qui y a participé, a engrangé les retombées qui relèvent de son ressort et fait des propositions pour accompagner le mouvement engagé pour baisser le réchauffement climatique.
D’ailleurs, lors de la pré-Cop qui s’est tenue à Ouidah, les participants étaient conscients que les villes et territoires sont en première ligne dans la lutte contre les changements climatiques par leur capacité à réduire les émissions de gaz à effet de serre et par leurs actions d’adaptation face aux impacts du réchauffement climatique. Si Marrakech (Cop 22 au Maroc) demeure, selon eux, le sommet de l’action dans la mesure qu’il a permis de débattre de l’atténuation des changements climatiques et des possibilités d’innovation en matière d’adaptation, Bonn n’a apparemment pas permis d’engranger des avancées vraiment significatives. L’espoir est cependant permis, vu la détermination de la France et malgré le désintérêt qu’affichent les Etats-Unis de Donlad Trump?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2508 fois