La directrice de cabinet du ministère du Cadre de vie et du Développement durable, Jeanne Josette Acacha Akoha, a procédé, mardi 31 octobre dernier, à la clôture du mois de l’habitat. C’était à la mairie de Cotonou, en présence du maire par intérim, Isidore Gnonlonfoun, et autres autorités politico-administratives du département du Littoral.

L’amélioration du cadre de vie, préoccupation majeure de l’Organisation des Nations Unies pour l’habitat (ONU-Habitat), revêt également une importance capitale pour des villes. « Il faut engager des politiques hardies d’amélioration du cadre de vie », convient Isidore Gnonlonfoun, maire par intérim de la ville de Cotonou, qui se réjouit du choix porté sur la ville vitrine,premier pôle de développement du Bénin pour abriter la clôture du mois de l’habitat. Il importe de veiller à l’application des normes en matière de construction et d’amener les populations à adopter des méthodes qui concordent avec la réglementation, souligne Isidore Gnonlonfoun. « Les ressources de la ville sont limitées tandis que les besoins sont énormes. Œuvrons pour l’assainissement du cadre de vie et un réel développement durable», exhorte le maire par intérim.
Pour Wilfrid Gbaguidi, secrétaire général du département du Littoral représentant le préfet, la question de l’habitat est devenue une priorité, un défi pour les gouvernements face à l’urbanisation et au développement incontrôlé des villes. La problématique essentielle est de fournir un toit à chacune des 7,5 milliards d’âmes vivant actuellement sur la terre, retient le secrétaire général de la ville-département. Ce qui justifie, selon lui, la pertinence et le bien-fondé de la Journée mondiale de l’habitat, qui permet d’évaluer la situation et de rappeler le droit de chacun à un habitat sain. Cela justifie également l’extension de la journée à un mois entier consacré à l’habitat depuis 2015.
Le secrétaire général de la préfecture de Cotonou se réjouit de la politique de l’habitat concoctée dans le Programme d’action du Gouvernement (Pag), avec des logements accessibles.
Faisant le bilan du mois, Jeanne Josette Acacha Akoha indique qu’elle a été meublée par le Salon international de l’immobilier et des matériaux modernes tenu sur l’esplanade du stade de l’Amitié général Mathieu Kérékou, des campagnes de salubrité dans les principales villes ciblées et du campus urbain tenu les 8 et 9 octobre derniers au palais des Sports du même complexe sportif. Elle n’a pas tu les ateliers de validation, les diverses communications et conférences débats et mêmes communications spéciales sur le programme des 20.000 logements. Un bilan qui honore le ministère et le Gouvernement qui se battent pour des villes durables, plus accessibles au grand nombre.
La clôture du mois de l’habitat coïncide avec la célébration de la journée mondiale des villes, ce 31 octobre?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 4564 fois