×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 547

 

Cotonou, la capitale économique du Bénin pourrait dire adieu à l’inondation cyclique à laquelle elle est sujette, dans quelques années. C’est du moins l’assurance donnée par le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, José Didier Tonato.

 

2020 sonnera la fin des inondations à Cotonou, clame Josée Didier Tonato, ministre du Cadre de vie et du Développement durable, qui s’appuie sur les études faites à cet effet, pour permettre aux Cotonois de bénéficier d’un cadre de vie sain et viable. Cette perspective, il l’a réitérée  récemment encore sur l’émission "Bénin Révélé".

 

Cotonou définitivement libérée de l’emprise de l’eau ? Cette perspective paraît utopique, tant il a été dit et répété que Cotonou subit les affres de l’eau du fait de la position géographique de la ville, plus basse que le niveau de la mer, et émergée dans l’antre de bas-fond. Le gouvernement du Nouveau départ ne cède, manifestement pas à cette fatalité et, prenant le taureau par les cornes, choisit de résoudre la quadrature du cercle. Les jours prochains édifieront à ce sujet, car ce n’est pas la seule merveille promise, suite à l’opération de libération des espaces publics.  

Le Grand Nokoué prend également corps. Et suite à un atelier mercredi 21 juin dernier, le ministre en charge du Cadre de vie, grand architecte de ces projets innovants, a fait le lancement des Dossiers d’appels d’offres ; ils portent sur Collecte-transfert et délégations de services publics pour les unités de tri, de valorisation et d’assainissement, dans le cadre du projet de modernisation de la gestion des déchets solides ménagers dans les villes du Grand Nokoué qui intègre Cotonou, Sèmè-Podji, Porto-Novo, Abomey-Calavi et Ouidah.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 4480 fois