Chaque 22 mai est consacré à la célébration de la Journée internationale de la biodiversité. Au Bénin, la commémoration de cette année s’est déroulée, ce lundi à Pahou, sur le site semencier de peuplement à croissance rapide, sous l’égide de Séverin K. N’Sia, directeur général des Eaux, Forêts et Chasses, représentant le ministre du Cadre de vie.

Contribuer à la conservation et à l’utilisation durable de la diversité biologique, pour la survie de tous les êtres de la planète terre. C’est le credo et l’enjeu de la célébration de la Journée internationale de la biodiversité au Bénin qui s’est déroulée, ce lundi 22 mai, sur le site semencier de peuplement à croissance rapide de Pahou. Elle a porté sur le thème « Biodiversité et tourisme durable ».
Occasion pour Yantibossi Kiansi, directeur de cabinet du ministère du Tourisme et de la Culture, de mettre l’accent sur les bienfaits des écosystèmes qui contiennent la diversité biologique. « Les écosystèmes recueillent et conservent l’eau, stabilisent les sols, favorisent la diversité génétique et sont un facteur puissant de régulation du climat et des gaz à effet de serre », souligne le directeur de cabinet. Pour lui, la biodiversité est une source de revenus pour les entreprises du monde entier et fournit les moyens et les ressources indispensables à des centaines de millions de personnes parmi les plus pauvres. Cependant, reconnaît-il, « Nos écosystèmes terrestres, marins et humides disparaissent encore à un rythme alarmant ». Les gouvernements pris par la récession économique procèdent à d’énormes investissements de relance mais c’est le moment d’investir dans la nature et la biodiversité afin de se diriger vers une croissance économique et sociale durable, préconise Yantibossi Kiansi. Selon lui, les dirigeants de la planète l’ont si bien compris qu’ils mettent de plus en plus l’accent sur la nécessité de booster le développement économique des pays et la lutte contre la pauvreté par des politiques de valorisation de la nature. « La participation de tous les citoyens de notre pays à militer et agir pour un développement durable basé sur une économie touristique est beaucoup plus sollicitée que par le passé », souligne le directeur de cabinet du ministère du Tourisme.
Ce que confirme le directeur des Eaux, Forêts et Chasses, Séverin K. N’Sia. Pour lui, la diversité biologique joue plusieurs rôles importants en fournissant surtout les services écosystémiques, notamment les services de support, d’approvisionnement, de régulation, culturels et sociaux.
Conscient que la situation de préservation des ressources n’est pas rose, le Bénin a élaboré la Stratégie nationale et le Plan d’action pour la conservation de la diversité biologique. Plusieurs projets dont, entre autres, le Projet d’intégration des forêts sacrées dans le système des aires protégées (Pifsap), le Projet de protection de la diversité des aires marines et côtières et le Projet de gestion des forêts et terroirs riverains (Pgftr) sont en exécution. Séverin K. N’Sia relève que le thème de la célébration renvoie toutes les nations à une reconnaissance des services écosystémiques qui méritent un intérêt pour toutes les parties prenantes à la convention sur la biodiversité. « La diversité biologique fournit une importante fondation pour plusieurs aspects du tourisme. Un développement du secteur touristique à travers des espèces biologiques contribuera de façon significative au maintien et à l’augmentation des populations de celles-ci », révèle Séverin K. N’Sia.
De leurs côtés, le préfet de l’Atlantique, Jean Claude Codjia, et le premier adjoint au maire de Ouidah, Bruno Adjovi, se sont réjouis de ce que le site abritant la commémoration soit implanté sur leur territoire. Ils ont invité les citoyens à faire des efforts pour préserver la biodiversité qui conditionne une vie harmonieuse.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3799 fois