Même si dame nature avait voulu comme à ses habitudes, imposer ses caprices hier, lundi 8 juin, date retenue au plan national pour le démarrage de l’examen du Brevet d’études de premier cycle (BEPC), elle n’aurait pas eu raison des candidats du Collège d’enseignement général de Sainte Rita de Cotonou. Centre dans lequel les candidats ont été ponctuels et affichaient tous au démarrage des épreuves, un air serein.

Lorsqu’à 8 heures 9 minutes hier, le chef centre adjoint du Collège d’enseignement général de Sainte Rita, Gaston Affignonmè et deux examinateurs décident de faire contrôler la confidentialité des épreuves de l’examen du Brevet d’études de premier cycle (BEPC) session de juin 2015 par les candidats de la salle 4 dudit centre, ils y découvrent des candidats assidus, tous assis à leur place, souriants, le regard confiant et empreint de sérénité. Comme s’il ne s’agissait que d’une formalité, les 35 candidats de la série ML inscrits dans cette salle s’adonnent à l’exercice à cœur joie. «Nous sommes là pour vous montrer les enveloppes. Vous allez vérifier si tout est bien scellé». A ces propos du chef centre adjoint, deux volontaires sous le regard de leurs camarades examinent les différents plis et leurs sceaux de confidentialité, répondent par un «Oui» sec repris en chœur par leurs camarades.

Cette ambiance bon enfant est en fait partagée dans la plupart des autres salles de composition. Dans ce centre, les candidats ont visiblement fait l’option de la ponctualité, pour se soustraire aux éventuelles intempéries, ainsi que le confesseront certains parmi eux. Ils disent même avoir tiré exemple des misères subies par leurs jeunes frères candidats au Certificat d’études de primaires (CEP) et pour ce faire, ont quitté tôt le lit pour prendre le chemin du centre. Et comme si tous avaient vraiment gagé sur la ponctualité, les examinateurs étaient également dans la cadence. Ce qui a d’ailleurs empêché les candidats au remplacement des surveillants défaillants à repartir bredouilles des lieux.
Seule fausse note, les agents de sécurité étaient en surnombre. On y dénombrait deux policiers et deux gendarmes. Ce que le chef centre a tenu à rectifier, en les invitant à se conformer à la note de service organisant leur déploiement dans les centres de composition, et donc en réduisant le nombre à un seul policier. Toute chose que les éléments en uniforme, notamment disent n’avoir pas compris, expliquant qu’ils ont été saisis par une note de la direction départementale de l’Enseignement secondaire.
De sorte que peu avant huit heures, il n’y avait plus rien à se mettre sous la dent dans ce centre du CEG Sainte Rita. Tout était au point, pendant que dans la salle des professeurs, le chef centre procédait au dispatching de la première épreuve, les feuilles de composition ayant été elles déjà acheminées quelques minutes plus tôt par les premiers surveillants. Lorsque retentit à 8 heures 29 minutes la sirène du centre, tous les surveillants avaient déjà rejoint leurs salles respectives avec les épreuves. Lesquelles ont été aussitôt distribuées aux élèves qui eux, n’attendaient que cet instant pour sortir de la longue attente.
Au total, 1267 candidats dont 634 garçons et 633 filles sont inscrits dans ce centre qui a enregistré pour le compte de la journée d’hier, 26 absences dont 12 garçons et 14 filles.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2838 fois
Tags:
  • ,