L’Office du baccalauréat a rendu publics les résultats des meilleurs candidats, les établissements ayant fait de gros efforts et toutes les statistiques liées à la session 2019 de cet examen. C’était hier lundi 22 juillet, à Cotonou, au cours d’un point de presse en présence du directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Bienvenu Koudjo.

Un taux de réussite de 50,10% enregistré au baccalauréat 2019 avec 131 mentions Très bien contre 41 en 2018, une forte moyenne de 18,136 et 498 établissements ayant plus de 50% de réussite. Ce sont des statistiques qui montrent que les efforts d’assainissement au niveau des candidats et des établissements ainsi que les réformes entreprises par le gouvernement commencent par porter leurs fruits, a déclaré le directeur de l’Office du baccalauréat, Alphonse da Silva.
Au cours du point de presse tenu hier pour rendre publics les résultats des meilleurs candidats à cet examen, il a affirmé que les taux de réussite du Bac session de 2019 reflètent la vérité des chiffres. « Tout est formaté par les procédures lors des différentes phases de préparation et de l’organisation intellectuelle et matérielle du Bac », souligne Alphonse da Silva. Il rappelle que l’ouverture du registre des inscriptions, les dossiers d’inscription, le contrôle et l’arrêt de la liste des candidats ainsi que la répartition dans les centres de composition sont des activités confidentielles qui n’ont connu aucun problème. « Les procédures, les travaux de secrétariat des trois phases de délibération de l’examen sont fossilisées dans des textes réglementaires ne permettant en aucun cas des modifications de résultats des candidats », ajoute-t-il. Pour lui, « le rachat ou le gonflement de taux de réussite constituent en eux-mêmes un délit,  une sorte de triche, de fraude grandeur nature préjudiciable à toute la nation ».
Le directeur de l’Office du baccalauréat estime que le taux de réussite de 50,10% n’est pas faible. Ce taux, selon lui, n’est pas non plus un taux très fort, mais réconforte tous les acteurs pour les efforts consentis cette année.  
Alphonse da Silva indique que c’est la performance réelle des candidats dans leur ensemble. « On aurait souhaité un meilleur taux comme en France, le pays d’origine du Baccalauréat », souligne-t-il, regrettant que si ce n’était pas les résultats peu reluisants d’une cinquantaine d’établissements qui ont obtenu moins de 20% de taux de réussite jusqu’à 0%, le pourcentage sur le plan national serait bien  meilleur.

Une revue sincère des problèmes  

Des mesures d’assainissement dans ce domaine doivent être appliquées sans complaisance. Il faut, selon lui, y œuvrer avec opiniâtreté. Cela passe, à son avis, par une revue sincère des problèmes qui minent le système éducatif béninois dans sa globalité. Aussi, souhaite-t-il qu’il faille, sans délai,  rechercher, trouver et mettre en œuvre des solutions ‘’chirurgicales’’.
Les statistiques de cette année montrent également que l’effort que fait l’Office du Bac du Bénin constitue une base de référence dans la sous-région notamment au niveau de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) pour un partage d’expériences.  
Même satisfaction au niveau du directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Bienvenu Koudjo. Pour lui, les résultats ont confirmé la victoire de l’excellence.
Le directeur de cabinet estime que si ces résultats, qu’il souhaite encore meilleurs pour les prochaines années, n’avaient pas été atteints, alors, les réformes engagées dans l’enseignement supérieur n’auraient pas réussi. C’est pourquoi, il lance un appel aux différents acteurs à maintenir le cap et à surtout cultiver la paix. Car, au cours de l’année académique 2018-2019, les activités pédagogiques n’ont pas été perturbées.

Les cinq premiers au Bac 2019

Pour cette année 2019, il y a eu au total 131 mentions ‘’Très bien’’. La plus forte moyenne, soit 18,136 a été obtenue par Claudia Merveille Thala Hountongbé de la série C du Collège catholique de Lokossa. Elle est suivie de Syntiche Attalé Agonvènon de la série G2 du collège privé Les Pyramides de Cotonou avec une moyenne de 17,950. Le troisième répond au nom de Dona Daryi Richard Mèdénou en série D du Collège catholique d’Azové dans la commune d’Aplahoué qui a obtenu la note de 17,773, la quatrième est Zewalina Amadou du collège privé Roger Lafia de Parakou avec une moyenne de 17,762 dans la série D et le cinquième s’appelle Cherif-Deen Alao Ami-Ola du Collège catholique Les Cours de soutien scolaire de Cotonou qui a obtenu 17,685 dans la série C.

Évaluer cet élément
(11 Votes)
Lu 3272 fois