Apprenants et parents d’élèves renouent timidement, depuis lundi 10 septembre 2018, à Lokossa avec l’ambiance de l’école. En attendant la grande affluence du jour de la rentrée, cette pré-rentrée a été diversement observée aussi bien dans des établissements scolaires du secteur privé que dans ceux relevant du public.

Pas d’affluence particulière dans les écoles et collèges de Lokossa lundi dernier dans les établissements scolaires de Lokossa, chef-lieu du Mono. Juste quelques présences humaines ont été observées, contrastant avec l’état d’une école endormie

Au collège catholique de Lokossa, les usagers rencontrés dans la matinée autour de 11 heures, étaient constitués du personnel d’encadrement dont le père Antoine Sossou, directeur de l’école et des parents d’élèves venus accomplir les formalités d’inscription de leur progéniture. L’activité de recrutement, confie l’un d’eux, est en cours dans l’établissement depuis le début des vacances. Les préparatifs de la rentrée y sont également très avancés. « Tout est fin prêt pour le démarrage effectif des cours, dès lundi 17 septembre prochain », gage le père Antoine Sossou. Il détaille que « Les emplois du temps sont déjà établis et les outils didactiques mis à la disposition des enseignants ».
Cathérine Acacha, directrice du cours primaire affilié au collège catholique, confirme également que la rigueur dans la gestion du temps sera maintenue au cours de cette année scolaire 2018-2019. Car, même si dans ce milieu tout succès est dédié à la gloire de Dieu, elle reconnaît tout de même que la rigueur et le sérieux dans le travail contribuent à faire de l’établissement catholique un modèle à Lokossa. Pour remettre le corps d’encadrement au pas en vue de relever le niveau de performance, confie le père Sossou, une série de rencontres intellectuelles est prévue pour le compte des préparatifs. Les rencontres destinées aux personnels d’encadrement du Mono-Couffo ont commencé, ce mardi, au sein de l’établissement catholique de Comé et vont se poursuivre, ce mercredi, à Grand-Popo. La série sera clôturée à la Cathédrale St Pierre Claver de Lokossa par un conclave des vicaires et aumôniers ainsi que d’autres responsables du secteur confessionnel de l’éducation.
En revanche, dans le secteur public, l’on traîne encore les pas. La pré-rentrée y a été très timide, dans l’après-midi du lundi. A l’école primaire publique Zongo II, par exemple, il n’y avait que la directrice Ida Davo Bossou qui s’entretenait avec son collaborateur nouvellement muté dans l’établissement. Aucune présence d’écolier n’a été notée. Désireuse d’inverser cette tendance, Ida Davo Bossou envisage de recourir aux services d’un crieur public. « J’ai fait appel à l’association des parents d’élèves pour qu’ensemble avec le chef du quartier le crieur public soit sollicité pour informer écoliers et parents des activités de la pré-rentrée », souligne la directrice. Grâce à ce moyen, espère-t-elle, le recrutement des nouveaux apprenants pourra véritablement commencer avec, à la clé, le retour des anciens pour mettre au propre les classes et la cour visiblement envahie de mauvaises herbes.
Le constat n’est pas autre dans des établissements publics du secondaire. Au Collège d’enseignement général (Ceg 2) de la ville, par exemple, quelque cinq parents étaient présents. Ils étaient venus s’assurer du positionnement dans cet établissement de leurs jeunes collégiens admis au Cep 2018.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1510 fois