Ecoliers et élèves suivent depuis quelques semaines des cours de vacances qui leur permettent de ne pas trop s’éloigner des cahiers pendant cette période de repos. Outre les apprenants, leurs encadreurs aussi y trouvent un certain intérêt.

Certains établissements scolaires de Cotonou s’animent en matinée depuis quelques semaines. Des activités pédagogiques s’y déroulent avec une attention plus ou moins soutenue d’écoliers et d’élèves, à la faveur des cours de vacances. Loin des pressions et stress quotidiens, tout est mis en œuvre pour permettre aux enfants d’apprendre dans une ambiance conviviale, surtout avec un emploi du temps sobre. Les apprenants viennent au cours généralement à 8 h et finissent la journée à 12 h, avec une pause de récréation d’une trentaine de minutes à 10 h. Ce qui leur permet de consacrer le reste de leur temps notamment la soirée aux divertissements pour se déstresser. 

Monsieur Hyppolyte Hounnouvi, enseignant à l’école primaire publique de Gbégamey, explique que les parents qui pensent que les vacances sont strictement faites pour les divertissements des enfants et n’aiment pas les envoyer aux cours de vacances ont tort. Il trouve nécessaires ces cours qui renforcent les aptitudes des apprenants pour la classe supérieure. Ce qui leur permet de ne pas tout oublier et de revenir dans les classes avec quelques notions. De même, les parents se font une idée du niveau de leurs enfants pour se préparer à d’éventuelles dispositions à prendre pour une rentrée académique réussie.
De toute façon, les apprenants en tirent beaucoup de leurs encadreurs et se réjouissent des connaissances qu’ils reçoivent. Hyacinthe Sodogandji, élève en classe de 3e au prytanée militaire de Bembèrèkè et en cours de vacances au collège d’enseignement général de Sainte Rita apprécie : « Les professeurs nous encadrent bien et nous aussi on fait des recherches avant de venir au cours chaque matin », a-t-il laissé entendre, tout en reconnaissant qu’ils n’ont pas de pression comme au cours de l’année académique.
La plupart des encadreurs étant des enseignants, généralement en fonction dans les écoles où se déroulent les cours de vacances. Innocent Adjovi, professeur de physique chimie et technologie (Pct) au Ceg Sainte Rita l’a confirmé contrairement aux rumeurs qui font état de ce que les encadreurs ne seraient pas des enseignants en fonction et qu’il existerait beaucoup d’étudiants dans leurs rangs. « C’est un collectif de professeurs uniquement du collège qui travaillent ici pendant les cours de vacances », a-t-il clarifié. Toutefois, par endroits, des étudiants en vacances se mettent dans la danse, pour se faire un peu d’argent et, ou apporter leurs connaissances à leurs jeunes frères.
A certains endroits, ce sont des associations d’enseignants de diverses écoles qui organisent lesdits cours. C’est le cas du Ceg Gbégamey où les organisateurs ont accusé du retard pour le démarrage de cette activité. Les cours n’ont démarré que le lundi 20 août dernier et prendront fin le 15 septembre parce que le centre était occupé pour la correction des épreuves de divers examens nationaux. Firmin Bessan, un des responsables, n’a aucune crainte que les apprenants en tireront profit malgré le retard.
En général, dans les autres établissements parcourus, les cours de vacances prendront fin d’ici deux semaines par une petite cérémonie au cours de laquelle les trois meilleurs élèves de chaque classe seront primés. Un prix composé de cahiers, stylos, documents au programme et utiles pour encourager les apprenants y ayant participé.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1287 fois