Les admissibles au baccalauréat de cette année sont au nombre de 34 452 candidats dont 32,57 % relèvent du département du Mono.

Les épreuves de la deuxième phase du baccalauréat se déroulent effectivement depuis hier, à Lokossa, à Comé et à Houéyogbé, les trois communes retenues pour le compte du département du Mono.
A Lokossa où le constat de l’effectivité desdites épreuves a été fait, les candidats ont affronté non seulement les épreuves académiques mais aussi la pluie qui tombait par intermittence. Dame nature s’est invitée courant 11 h par de fines gouttelettes avant de laisser tomber des cordes. Et c’est dans cette ambiance pluvieuse que se sont poursuivies, vaille que vaille, les différentes épreuves entamées hier à 8 heures.
Pour le compte de Lokossa, chef-lieu du Mono, trois absents ont été enregistrés sur les huit cents candidats attendus. Ceux qui ont répondu à l’appel ont subi les épreuves sportives sur le gazon synthétique du stade omnisports de la ville. Composées de la course de vitesse, du saut et du lancer, ces épreuves se sont déroulées sous la supervision de Duplex Eyébiyi, enseignant à Grand-Popo.
Il était aidé des fonctionnaires de la Police républicaine qui ne laissaient aucun intrus approcher les aires des différentes activités.
En plus des épreuves sportives, les candidats qui ont opté pour des matières facultatives planchent, eux aussi. Au nombre de 224 admissibles à Lokossa, ils ont composé hier en Economie familiale et sociale (Efs) au Collège d’enseignement général 1 de la ville. Leur dernière composition portant sur la musique est prévue pour ce jour, mardi 14 août, étant donné que le centre d’examen de Lokossa n’a pas enregistré, cette année, de candidat en langues locales. L’épreuve d’Efs a duré trois heures, de 8 h à 11 heures.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1819 fois