Les candidats déclarés admissibles au Bac session unique de juillet 2018, après la première délibération, sont allés, ce lundi 13 août, à l’assaut des épreuves d’Education physique et sportive. Rencontrés dans les centres de composition retenus dans la ville de Cotonou, ils entendent passer ce cap en toute confiance pour confirmer leur grade de bachelier de l’enseignement du second degré dès la prochaine proclamation.

Ils étaient des centaines de candidats admissibles au baccalauréat session de juillet 2018, à prendre d’assaut, ce lundi 13 août, les centres du Collège Père Aupais, du Collège d’enseignement général de Gbégamey et du Collège d’enseignement général de Sègbèya à Cotonou, pour affronter les épreuves d’Education physique et sportive. Malgré la pluie de cette matinée, aucun candidat n’a voulu manquer à cette convocation de la direction de l’Office du baccalauréat. Ils ont répondu massivement présents à cette épreuve obligatoire pour tous les candidats de l’enseignement général, technique et professionnel. Seuls les candidats en situation de handicap ou présentant une inaptitude partielle, sportifs de haut niveau peuvent bénéficier d’une dispense. Les candidats admissibles dans les séries techniques, étaient tous attendus au Ceg Sègbèya tandis que ceux de l’enseignement général dans leur majorité devront composer au Collège Père Aupiais et au Ceg Gbégamey. 

Selon le chef centre du Ceg Gbégamey, Nicolas Hountondji, toutes les dispositions ont été prises pour permettre aux candidats de composer dans les conditions adéquates. Répartis en groupes, les apprenants sont mis à la disposition des examinateurs qui sont appelés à les faire soumettre aux épreuves telles que: le lancer de poids, le saut en hauteur, le grimper, la vitesse et la gymnastique.
Allassane Zimé Yérima, enseignant d’éducation physique et sportive, estime que les candidats n’ont aucun intérêt à négliger cette étape dont les notes comptent pour beaucoup avant la deuxième délibération. Selon lui, les activités sportives se déroulent normalement. « Les candidats ont répondu tous présents et aucune situation difficile ne s’est présentée à nous », a-t-il déclaré.
Admissible au baccalauréat série D, Antoine Davo s’est apprêté personnellement pour les épreuves d’Education physique et sportive. Il est serein par rapport à l’issue de cette étape de l’examen. « Je pense que ce cap est franchissable », a-t-il confié. « Nous avons déjà fait le plus dur lors des épreuves écrites ; néanmoins cette étape n’est pas à banaliser ». Comme lui, Adébayo Oboli, de la série A2 pense mettre le paquet lors des épreuves pour avoir le nombre de points nécessaires afin de réussir définitivement lors de la prochaine délibération. Il compte éviter la phase orale pour ne plus avoir à réviser les cours d’anglais qui constituent sa bête noire. Beaucoup de lauréats souhaitent terminer la composition à ce niveau de l’examen. C’est le vœu, en tout cas de la majorité. Ils espèrent s’en sortir avec une forte moyenne, au terme des épreuves d’éducation physique et sportive pour être déclarés définitivement bacheliers de l’enseignement du second degré avec une bonne mention.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2027 fois