L’Intersyndicale de la maternelle et du primaire (Imp) a levé la motion de grève déclenchée depuis le 23 janvier dernier. Mais force est de constater qu’au lendemain de cette motion de suspension, les instituteurs n’ont toujours pas retrouvé le chemin de l’école.

Malgré la suspension de grève de l’Intersyndicale de la maternelle et du primaire (Imp), les salles de classe sont restées fermées dans presque toutes les écoles maternelles et primaires de Cotonou. Preuve qu'elle est sans effet.

Dans la soirée de ce mardi, une équipe de la rédaction a parcouru les écoles primaires publiques de Mènontin Sud, Fifadji et le complexe scolaire Sikè Nord. Sur le terrain, le constat est le même. Les salles de classe sont restées fermées. Ni les apprenants, ni les instituteurs ne sont présents. Seuls certains directeurs sont à leurs postes pour assurer leurs fonctions administratives, affirment-ils. Par contre, à l’école primaire maternelle Sainte Rita II, les instituteurs dispensent normalement les cours.
Dans les écoles, seuls les instituteurs communautaires sont assidus à leurs postes.Les titulaires poursuivent toujours le mouvement de grève quand bien même l’Imp a suspendu la motion de grève.
« Les titulaires des autres groupes ne venaient pas mais, ce matin deux d’entre eux sont venus. Donc, on espère leur présence dès le mercredi pour savoir si réellement ils continuent le mouvement », a fait savoir Aline Togbéto, directrice du groupe A de l’école primaire publique de Fifadji.
Au complexe scolaire Mènontin Sud, un directeur rencontré sur les lieux indique que « La suspension de la motion de grève est faite par un groupuscule » et ne l’engage pas.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2549 fois