L’espace préscolaire de Hindé construit à partir d’un financement de Médecins du monde Suisse a été inauguré, ce jeudi 15 mars, en présence du représentant du ministère des Enseignements maternelle et primaire. Une infrastructure dont la réalisation a été l’initiative de l’Institut des filles de Marie-Auxiliatrice (Sœurs salésiennes).

Le quartier Hindé dans le 6e arrondissement de Cotonou dispose désormais d’un cadre sain d’apprentissage et d’éveil des enfants. Cette école préscolaire, œuvre de Médecins du monde Suisse et de l’Institut des filles de Marie-Auxiliatrice, a été inaugurée hier.

Il y a trois ans, Médecins du monde, dans le cadre d’un projet organisait un diagnostic participatif pour procéder à l’identification des problèmes de santé.
A cette occasion, le premier besoin exprimé par les populations est lié aux infrastructures éducatives, rappelle le représentant de Médecins du monde, coordonnateur médical, Péggy Assogba, faisant la genèse de la construction de ce centre. Ainsi, une dynamique communautaire a été mise en œuvre et a donné ce centre d’apprentissage pour les tout-petits.
La sœur directrice de l’Institut des filles de Marie-
Auxiliatrice, Tigiana Borselo, rappelle que, c’est conscient de ce que «Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne » que l’institut qu’elle dirige s’est engagé dans l’éducation. Elle souhaite que la mobilisation soit faite dans le quartier pour que les enfants fréquentent davantage ce nouveau lieu d’éducation.
Le représentant des directeurs des groupes de l’école, Aïdo Tossou, affirme que l’école est le socle du savoir. Créé en 1975, le complexe scolaire de Hindé n’a jamais bénéficié d’une école maternelle, renseigne-t-il, avant de demander au bienfaiteur de penser à l’implantation d’autres infrastructures. Comme nouvelles doléances, il plaide pour que Médecins du monde aide l’école à terminer la construction des classes inachevées pour qu’en 2019, l’école abrite un centre d’examen du Certificat d’études primaires. Il a également signalé aux donateurs que les élèves n’ont plus d’eau à boire dans l’école, non pas parce que les factures n’ont pas été payées, mais parce que le compteur qui se retrouve sur la voie publique a été sauté par la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb).
Le représentant du ministre des Enseignement maternel et primaire, Roch Ahokpossi salue les initiateurs du projet « Espace préscolaire » qui ont compris que l’école est un lieu de formation par excellence ou la société prépare la jeune génération à la relève.
L’Institut des filles de Marie-Auxiliatrice des Sœurs salésiennes a démontré, selon lui, à plusieurs occasions que l’école est son domaine d'intervention.
Roch Ahokpossi affirme que Médecins du monde a vu juste en finançant ce projet qui va permettre de former de bons vecteurs, car investir dans l’école, c’est investir dans la vie. Il rassure que le ministère des Enseignements maternel et primaire ne restera pas en marge de cette école qui vient d’être construite et inauguré. Il lui montrera le reste des formalités à faire pour que dans les mois et semaines à venir, les infrastructures en construction soient achevées.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3777 fois