Le Bénin célèbre, mardi 13 mars prochain, la troisième édition de la Journée africaine de l’alimentation scolaire. Les manifestations officielles auront lieu à l’école primaire publique de Hounli dans la commune d’Akpro-Missérété. Le thème retenu au plan africain est : « Tirer pleinement parti du potentiel de l’enfant africain grâce à une alimentation scolaire à base de produits locaux ».

En prélude à cette célébration, le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou et le représentant résident du Programme alimentaire mondial (Pam) au Bénin, Guy Adoua, ont animé à Porto-Novo, vendredi 9 mars dernier, une conférence de presse conjointe pour annoncer les objectifs de cette journée. Laquelle journée vise surtout à créer un environnement favorable à l’alimentation scolaire et à fédérer tous les acteurs autour de cette préoccupation.

Statistiques à l’appui, le ministre Salimane Karimou informe que le Bénin compte actuellement quatre programmes de cantines scolaires financés par différents acteurs et couvrant 36% des écoles primaires publiques et 30% des écoliers. Sur les 7360 écoles primaires publiques, 2640 bénéficient de cantines scolaires soit : 1579 cantines appuyées par le gouvernement, 297 cantines soutenues par le Partenariat mondial pour l’éducation (Pme), 620 cantines appuyées par le Pam et 144 cantines appuyées par l’organisation Catholic relief services (Crs). Cette mobilisation de partenaires aux côtés du gouvernement témoigne de l’importance de l’alimentation scolaire identifiée comme l’une des mesures essentielles visant à promouvoir la scolarisation des enfants et leur maintien dans le système éducatif, en particulier les filles, souligne le ministre. Cette ambition du gouvernement a été traduite par la création du Programme national d’alimentation scolaire intégrée (Pnasi), l’une des actions phares du Programme d’actions du gouvernement (Pag) avec comme objectif principal d’améliorer le taux de scolarisation et de rétention des enfants à l’école. Le Pnasi devrait contribuer à terme à l’atteinte de l’Objectif de développement durable (Odd) 2 relatif à la « faim zéro », renseigne le ministre des Enseignements maternel et primaire. Dans cette même perspective, le Pag a prévu une extension du Pnasi de 29% à 51 % d’ici 2021 afin de fouetter substantiellement le taux de réussite scolaire, informe le ministre. Il a été signé à cet effet en juillet 2017, poursuit Salimane Karimou, un accord d’un montant de 27,2 milliards F Cfa entre le Pam et le gouvernement pour une période de quatre ans, allant de 2017 à 2021 pour permettre à terme à 350 000 écoliers de bénéficier des repas scolaires. Une perspective que promet d’accompagner avec toute l’expertise requise le représentant résident du Pam au Bénin, Guy Adoua.

La célébration de la troisième journée africaine de l’alimentation scolaire, mardi 13 mars prochain, offrira donc aux différents acteurs intervenant dans le secteur, l’occasion de plaider pour plus d’investissement en faveur de l’alimentation scolaire afin de garantir l’accès à l’école pour chaque fille et chaque garçon, tout en réduisant les disparités liées à la pauvreté.

Évaluer cet élément
(3 Votes)
Lu 4336 fois