Amos Yao Sani a publié aux éditions L’Harmattan l’ouvrage intitulé Investir dans l’avenir–L’impératif d’une éducation innovante. Ce livre qui traite de la question éducative au Bénin a été lancé, samedi 3 mars dernier, au Chant d’Oiseau de Cotonou.

Préfacé par le professeur Benoit Awazi Mbambi Kungua, l’ouvrage Investir dans l’avenir–L’impératif d’une éducation innovante contient 198 pages. Il est réparti en dix chapitres axés sur les orientations à donner au système éducatif pour le rendre innovant et accessible à tous. 

Au cours de la présentation de l’œuvre, Lucien Dossou, enseignant de français et journaliste, salue l’investissement intellectuel dont a fait preuve l’auteur à travers les thématiques abordées dans chaque chapitre. Selon lui, l’ouvrage est le fruit de plusieurs années d’expériences de son auteur au Bénin et dans le monde. Lucien Dossou reste convaincu de la portée de l’ouvrage car l’auteur est la somme de plusieurs systèmes éducatifs. « L’auteur a étudié et travaillé au sein de cinq systèmes éducatifs à travers trois continents », fait-il savoir. Ainsi, il a présenté de bout en bout le contenu de chaque chapitre à l’assistance. En témoignent les premiers chapitres intitulés : « Repenser le système éducatif béninois au regard de la nouvelle mission de l’éducation » et « Chaque élève compte : l’éducation construite autour de l’apprenant ». L’auteur indique que « L’école doit être une responsabilité partagée où l’apprenant ne doit pas être la cause de son échec mais comme victime du système éducatif », a-t-il fait remarquer.
Dans cette œuvre, le rôle de l’école, à savoir former des êtres concrets et des citoyens de demain, est précisé. L’auteur livre ses analyses objectives et impartiales pour une vraie réforme du système éducatif béninois.
Pour l’auteur Amos Yao Sani, le système éducatif béninois doit se réinventer afin de pouvoir former de futurs travailleurs complets et inventeurs. « Le livre démontre que la reforme souhaitée est une question de survie pour le Bénin », a-t-il déclaré. Selon lui, l’école doit être l’initiatrice du changement et du développement. C’est pourquoi, il lance un appel au dialogue au niveau des enseignants et du gouvernement qui, selon lui, sont des composantes qui doivent travailler en synergie pour sortir l’école de l’ornière. « Réformer l’école béninoise, c’est un gros challenge mais pas impossible ». a-t-il conclu?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1059 fois