A la suite de leurs enseignants, les élèves des trois collèges de la ville de Natitingou se sont négativement illustrés hier jeudi 15 février en s’opposant au bon déroulement de la deuxième série des devoirs surveillés du premier semestre. Ces derniers redoutent des épreuves portant sur des cours non encore enseignés en classe.

Comme s’ils s’étaient concertés à l’avance les élèves des trois collèges de la ville de Natitingou se sont opposés à la tenue de la deuxième série des devoirs surveillés du premier semestre. Redoutant des épreuves portant sur des cours non encore dispensés par leurs enseignants en grève depuis plusieurs semaines, ils n’ont pas voulu composer. Si les divergences ont fini par être aplanies dans les CEG I et III grâce à l’administration et au bureau de l’Association des parents d’élèves des deux collèges, au niveau du CEG II, les élèves n’ont pas lâché prise. « Les grèves ne nous ont pas permis de faire les cours et des révisions normalement », indique un responsable des élèves du CEG II. Tenant au boycott des devoirs surveillés. En dépit de l’appel des responsables du collège à leur endroit, les élèves sont restés de marbre. Opposant un refus catégorique à composer comme prévu à partir de ce jeudi.

« Nous sommes arrivés ce matin dans le but d’évaluer les élèves quand nous avons butté contre leur résistance. Les deux délégués du collège sont venus nous dire qu’ils ne voudraient pas composer, craignant que les épreuves portent sur des notions non enseignées », a expliqué Bienvenu Manté, censeur du CEG I.  Mais très vite la bombe a pu être désamorcée par le directeur qui est allé échanger avec les élèves de la terminale considérés comme le fer de lance dudit mouvement. Au CEG III, le même succès a été obtenu au grand soulagement des autorités du collège. Contrairement au niveau de leurs homologues du CEG II qui ont essuyé ce jeudi des sueurs froides.

 

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 4250 fois